Audacieux comme un lion

Publié le par Florymawit


Un seul chapitre de l'histoire de l'église contient plus d'effets théâtraux et d'actes de bravoure que toutes les productions de Hollywood réunies. Cela commence avec les actes héroïques de la bible. Les principaux personnages de ces histoires n'ont pas gagné leur place dans ce livre par leur piété tranquille ; Dieu les a mis en vedette à cause de l'audace de leur foi. En effet, ils ont obtenu un témoignage favorable à cause de leur foi:
1 Or la foi est une ferme assurance des choses qu'on espère, une démonstration de celles qu'on ne voit pas.

Cette foi a forgé leur personnalité et a fait d'eux des personnes positives, non pas des lâches qui se plient aux volontés de tous. Ils n'étaient en aucun cas parfaits, mais ils n'ont pas écrit leurs noms sur les "livres d'Histoire" d'une main tremblante.

Les grands personnages ne sont pas plus grands que des sauterelles aux yeux de Dieu, surtout lorsque cette grandeur vient de la célébrité, de la fortune et du pouvoir. Seule la foi donne à une personne sa carrure. Aux yeux de Dieu, seuls ceux qui sont remplis de foi sont des géants, mais des géants doux, au grand cœur et généreux. L'incrédulité n'a jamais conféré de l'importance à qui que ce soit ; Jésus a appelé ces gens-là, des "gens de peu de foi" :

30 Si Dieu revêt ainsi l'herbe des champs, qui existe aujourd'hui et qui demain sera jetée au four, ne vous vêtira-t-il pas à plus forte raison, gens de peu de foi ?

2 Rois 4:8 mentionne une "femme de distinction". C'est la seule femme de la Bible qui est caractérisée de cette manière. Elle ne se distinguait pas par sa fortune, sa classe sociale ou son intelligence (malgré ce que disent certaines traductions de la Bible). Sa grandeur venait de sa foi. Son histoire fut dramatique et sans précédent ; elle était le résultat d'une audace et d'une foi exceptionnelles. Ces deux qualités sont inséparables.

La foi engendre l'audace. Dans Actes 4:13, les hommes haut placés de Jérusalem "virent l'assurance de Pierre et de Jean". Leur intrépidité était évidente aux yeux de tous. Les juges de la cour suprême en Israël avec leurs traditions figées, étaient choqués et ne pouvaient croire à ce qu'ils voyaient et entendaient de ces simples pêcheurs de Galilée ; ces derniers s'adressaient à la cour avec l'assurance de rois qui publient un décret. La Bible est le livre des audacieux et non des poltrons ; en fait, son dernier avertissement s'adresse aux "lâches et aux incrédules":

8 Mais pour les lâches, les incrédules, les abominables, les meurtriers, les impudiques, les enchanteurs, les idolâtres, et tous les menteurs, leur part sera dans l'étang ardent de feu et de soufre, ce qui est la seconde mort.

Les Ecritures nous présentent comme des intrépides, qui osent faire l'impossible et aller là où personne n'oserait se rendre. Des extrémistes ? Bien sûr ! Le monde a besoin d'extrémistes pour changer.

Abraham, Moïse et David

Le premier homme qui est mentionné dans "ce livre des audacieux" est Noé. Mais laissons-le de côté et passons à Abraham. Dieu mit dans le cœur d'Abraham une pensée incroyable, il devait abandonner sa « vieille vie », quitter sa maison, tourner le dos à sa famille et ses dieux, et se laisser diriger par Dieu d'un point à un autre sans savoir où il allait l'emmener. Sa destinée était d'être le pionnier d'un nouvel ordre. A cette époque, le monde était comme une jungle féroce, remplie d'animaux sauvages et pour s'engager dans une telle aventure, il fallait plus de sang froid qu'un Christophe Colomb voguant vers l'ouest sur la "Santa Maria". Il est vrai que le patriarche s'arrêta à mi-chemin et alla avec sa famille jusqu'à Haran. Ils s'y installèrent pour un temps, mais ce n'était pas leur destination finale. Pressé par Dieu, Abraham mit tous ses doutes de côté et devint le "père de tous ceux qui croient":

11 Et il reçut le signe de la circoncision, comme sceau de la justice qu'il avait obtenue par la foi quand il était incirconcis, afin d'être le père de tous les incirconcis qui croient, pour que la justice leur fût aussi imputée,

Mon prochain héros biblique est Moïse. En pensant à tout ce qu'il a fait, j'en ai presque eu des sueurs froides. Son audace dépassait tout ce que l'on peut s'imaginer et il a entraîné des milliers de familles dans "une mission impossible", des champs verdoyants d'Egypte jusque dans les broussailles infertiles du désert. C'est avec une audace incroyable que Moïse a "déguerpi" avec tous les esclaves du pays. L'Egypte n'en croyait pas ses yeux ! Cela allait au-delà du possible, une idée presque folle et sans aucun doute suicidaire. Les stratégistes de la grande Egypte n'ont rien fait pour la rendre possible. Moïse ne se laissa aucune sortie de secours, mais s'engagea lui-même et tout le peuple avec lui à cent pour cent. Ils devaient quitter l'Egypte avec tout ce qu'ils possédaient : "Il ne restera pas un ongle", dit-il:

26 Nos troupeaux iront avec nous, et il ne restera pas un ongle; car c'est là que nous prendrons pour servir l'Eternel, notre Dieu; et jusqu'à ce que nous soyons arrivés, nous ne savons pas ce que nous choisirons pour offrir à l'Eternel.

Voilà ce que peut accomplir un homme lorsqu'il est conduit par Dieu.

Le mot "audace" évoque instantanément David. Son combat spectaculaire et inoubliable contre Goliath ressemble au scénario d'un film de Charlie Chaplin. En apparence c'était le jeune garçon contre le géant. En réalité, une toute autre dimension était impliquée dans ce combat : le géant avait provoqué les puissances des cieux et elles donnèrent au caillou de David la vitesse et la force de munitions modernes. La foi libère des forces incroyables.

J'ai déjà écrit sur David. Il avait une longueur d'avance sur les autres, était impulsif, culotté ; il donnait des ordres, a pris Israël en main et a restructuré la nation. Son image est malheureusement salie par le péché ; et pourtant, il utilisa sa chute pour s'approcher et avoir une nouvelle compréhension de Dieu, comme en témoigne le merveilleux
Psaume 51. Il comprit Dieu comme personne d'autre à cette époque, non comme ces flammes majestueuses et intouchables du Sinaï mais comme un flot d'amour et de grâce.

David n'a rien fait à moitié. Il éleva Israël à un tout nouveau niveau spirituel et amena la nation dans une toute nouvelle dimension de l'adoration. Il avait mis sa confiance en Dieu et aimait Dieu par-dessus tout. Son ambition la plus grande était de construire un temple à l'honneur de Dieu. La richesse remplissait ses trésors, mais il l'utilisa pour la planification de la construction d'un sanctuaire splendide, qui dépasserait tout ce qui n'a jamais été construit. Dieu devait recevoir les cents pour cent - la meilleure part, le plus beau des temples, la meilleure musique, la plus belle adoration et les meilleurs présents. David était plein de témérité pendant la guerre, audacieux dans ses dons, extravagant et incalculable. Son adoration était audacieuse également, choquant sa femme lorsqu'il s'exposa en public d'une manière excessive et exubérante.

Ces trois exemples bibliques de témérité montrent comment la foi nous pousse à faire des choses extraordinaires qui dérangent le monde. Et pourtant cette témérité n'est pas exceptionnelle et s'est reproduite des millions de fois à travers les siècles. L'évangile a généré des actes de courage, de sacrifice et de libéralité comme rien d'autre. L'esprit d'initiative et le courage de l'armée des croyants en Christ ont surpassé tout ce que les guerres royales, les nobles causes ou les projets commerciaux ont jamais produit. L'église a toujours dépassé le monde dans le domaine des pensées, de la vie et de la mort. Certainement, Dieu en est fier.

Courage et Christianisme vont de paire

Des millions de personnes ont pris des risques pour la cause de l'évangile. Seuls quelques noms nous sont familiers, comme par exemple : Luther, Tyndale, Wycliffe, Livingstone et Wigglesworth. La témérité est si caractéristique des croyants qu'elle semble innée, naturelle. Le courage et le Christianisme vont de paire. Moins il y a d'audace, moins il y a de vie chrétienne. Tout ce que les premiers disciples avaient à faire était de suivre Jésus. Ils furent un exemple pour un nombre incalculable de personnes qui allaient investir tout ce qu'elles possédaient pour la cause de Dieu en chantant : "A Jésus je me donne entièrement."

Les pharisiens, de leur côté, comptaient avec attention leur dîme jusqu'au dernier centime, y compris leurs dons d'herbes et d'épices, aneth et cumin. Jésus avait un rapport neutre avec l'argent et donna sans réserve, appelant à se donner entièrement et à aimer d'une passion dépassant l'amour pour les parents et la famille.

Ceux qui ont rencontré Jésus ont été infectés par sa grandeur. Zachée passa une heure avec Jésus et son coeur de pierre se brisa en mille morceaux de générosité excessive. Certains peut-être aujourd'hui, lui auraient conseillé de ne pas agir précipitamment et dans l'enthousiasme, mais Jésus ne le fit pas. Une femme oignit ses pieds de parfum et il prit sa défense.

38 et se tint derrière, aux pieds de Jésus. Elle pleurait ; et bientôt elle lui mouilla les pieds de ses larmes, puis les essuya avec ses cheveux, les baisa, et les oignit de parfum.

A Béthanie, une autre femme répandit le contenu d'un vase d'albâtre, un parfum de grand prix, sur sa tête.

6 Comme Jésus était à Béthanie, dans la maison de Simon le lépreux,

C'était ce qu'elle avait de plus précieux, son pécule, mais elle ne pensa pas que c'était trop donner. Rien n'est trop extravagant lorsqu'il s'agit d'un acte d'amour pour Dieu. Cette femme n'a rien gardé en réserve, tout comme cette veuve que Jésus observa mettre tout ce qu'elle possédait dans la collecte. Certains sont peut-être secrètement embarrassés que Jésus ait fait l'éloge d'actes aussi excessifs ; mais son mode de vie déborda et inonda l'étroitesse et le manque de profondeur de vies centrées sur elles-mêmes. Jésus aimerait que le monde soit rempli d'un peuple dont le cœur est large, qui sert et donne quel qu'en soit le coût.

L'audace vient de Dieu. Voilà ce qui le caractérise. Nous savons que donner n'appauvrit pas Dieu, et nous nous demandons : comment alors Dieu peut-il être un exemple d'audace dans un sacrifice ou un acte ? Son omniscience excluant le facteur de risque, que peut-il faire qui serait audacieux ? Et bien, de toutes les histoires, celle-ci est la plus étrange et la plus extraordinaire. Dieu est amour et l'amour le rend vulnérable, car l'amour expose toujours aux blessures. Son grand amour pouvait être profondément blessé. Et c'est exactement ce qui s'est passé. Dieu donna tout ce qu'il avait. Il donna son fils et son fils fut crucifié :

10 Et cet amour consiste, non point en ce que nous avons aimé Dieu, mais en ce qu'il nous a aimés et a envoyé son Fils comme victime expiatoire pour nos péchés.

Dans la Bible, il n'est pas question de prudence et de demi mesure, mais de confiance absolue en Dieu. Le grand idéal du penseur Grec était de « trouver un juste milieu ». Ce n'est pas la manière de penser de Dieu : si nous sommes tièdes, ni froids ni bouillants, il est prêt à nous vomir de sa bouche:

16 Ainsi, parce que tu es tiède, et que tu n'es ni froid ni bouillant, je te vomirai de ma bouche.

Dieu ne cherche pas un peuple qui agit avec modération mais qui l'aime avec démesure.

L'audace en action. Comment cette audace se montre-t-elle dans la pratique ?

Consécration audacieuse :
26 Si quelqu'un vient à moi, et s'il ne hait pas son père, sa mère, sa femme, ses enfants, ses frères, et ses soeurs, et même sa propre vie, il ne peut être mon disciple.

Personne ne veut vraiment haïr sa famille ; cela serait contraire aussi bien au cinquième Commandement qu'aux paroles de Jésus, qui nous a dit d'aimer nos ennemis. Jésus parle ici de manière relative. La loyauté à son égard doit aller au-dessus de la loyauté vis-à-vis de la famille ou même par rapport à soi-même.

Un culte audacieux :

1 Je vous exhorte donc, frères, par les compassions de Dieu, à offrir vos corps comme un sacrifice vivant, saint, agréable à Dieu, ce qui sera de votre part un culte raisonnable.

Les deux versets précédents laissent paraître chacun de nos sacrifices bien minable et misérable :

35 Qui lui a donné le premier, pour qu'il ait à recevoir en retour ? 36 C'est de lui, par lui, et pour lui que sont toutes choses. A lui la gloire dans tous les siècles ! Amen !

Quelques soient nos intérêts, nos hobbies ou occupations momentanées, notre culte à Dieu n'en fait pas partie. Il doit faire partie de notre style de vie. Il n'est pas l'occupation que nous trouvons quand nous nous ennuyons ou quand nous cherchons le changement. Jésus désire ardemment un peuple rempli d'audace, non pas des disciples tels des travailleurs intérimaires, qui peuvent et veulent quand ils en ont envie.

Une générosité pleine d'audace. Nous l'avons déjà rencontrée dans les récits des évangiles, mais elle est devenue une tradition à travers le monde, partout où les apôtres ont prêché. Par exemple, les Eglises de la Macédoine firent une collecte pour les chrétiens de Judée :

3 Ils ont, je l'atteste, donné volontairement selon leurs moyens, et même au delà de leurs moyens, 4 nous demandant avec de grandes instances la grâce de prendre part à l'assistance destinée aux saints. Lire la suite

Les Corinthiens sont connus pour leurs charismes, leurs ministères, leurs dons de grâce, mais ici il fallait qu'ils développent une autre qualité : la consécration de toutes leurs possessions à l'œuvre de Dieu.

Pour finir, mes méditations sur l'audace s'arrêteront sur Joas, roi faible d'Israël. Celui-ci se rendit chez le prophète Elisée qui était sur son lit de mort. Elisée venait de prophétiser sur l'avenir d'Israël et dit à Joas de prendre ses flèches et de frapper contre terre. Le roi le fit deux ou trois fois, à contre cœur. Elisée s'irrita contre le Roi et lui dit que s'il avait frappé cinq ou six fois, il aurait battu la puissance de Aram, ennemi d'Israël, jusqu'à son extermination. Voila ce qu'était le Roi Joas et Elisée le savait bien. La manière dont il frappa le sol révéla qui il était. Jamais il ne frapperait ses ennemis d'une manière efficace. Il manquait de grandeur d'action, d'audace.

La Bible ne laisse que peu de place à des gens aux vues étroites, qui n'ont pas de foi en Dieu et ne prennent aucun risque. Ils sont des « morts vivants ».

17 parce qu'en lui est révélée la justice de Dieu par la foi et pour la foi, selon qu'il est écrit : Le juste vivra par la foi.

11 Et que nul ne soit justifié devant Dieu par la loi, cela est évident, puisqu'il est dit : Le juste vivra par la foi.

Il y a devant nous tous un terrain de victoire, où nous pouvons développer une grandeur personnelle de caractère et être agréable à Dieu. N'oublie pas:

6 Or sans la foi il est impossible de lui être agréable ; car il faut que celui qui s'approche de Dieu croie que Dieu existe, et qu'il est le rémunérateur de ceux qui le cherchent.

L'incrédulité transforme même une célébrité en un « quidam », alors que la foi fait d'un « moins que rien » un ami de Dieu. « Sois courageux, sois fort, car le Seigneur notre Dieu est avec toi. »

Amicalement dans l'amour de Jésus,

Reinhard Bonnke, Evangéliste

Commenter cet article