Ayant apporté leurs livres, les brûlèrent

Publié le par Florymawit



Ayant apporté leurs livres, les brûlèrent

 

 Un certain nombre de ceux qui avaient exercé les arts magiques, ayant apporté leurs livres, les brûlèrent devant tout le monde... (Actes XIX, 19-40).. Le pasteur Terry Jones appelle à brûler Le Coran... Première réaction, cet appel n'est pas religieux, la date choisie (le 11 septembre) montre bien que ce geste s'inscrit plus dans ce que le pasteur Jones prend pour du patriotisme que dans le domaine de la foi. Bref, c'est une provocation revancharde bien plus qu'un geste chrétien... N'empêche que Jones est pasteur et qu'en ce qui concerne les bûchers de livres, de  l'incendie de la Bibliothèque d'Alexandrie à cet appel d’un pasteur évangélique en passant les différents autodafés, le christianisme a une ardoise chargée... Aucun de ces feux ne brille d'intelligence mais ils n'ont pas tous lame signification... Luther brûlant la Bulle d'excommunication papale, les autodafés sont autant de gestes symboliques : il s'agit plus d'affirmer que la pensée de l'auteur ne vaut rien que d'empêcher la diffusion de cette pensée... L'incendie de la Bibliothèque d'Alexandrie se situe dans un contexte de persécutions anti-païennes. Alors que l'empereur Théodose multiplie les lois contre le paganisme, interdisant entre autre les célébration païennes, et l'accès aux temples païens, une bande de fanatiques chrétiens décident d'aller plus loin et de brûler tout ce qui se rapporte au paganisme (de quoi réfléchir à ce qui se passe quand un gouvernement ostracise tout un pan de sa population)... Le geste de Jones en reste juste à l'insulte : prendre ce qu'il y a de plus sacré pour les musulmans et le détruire pour venger les victimes du 11 septembre... Le problème, c'est que toutes ces bûchers sont associées à Actes XIX, que ce soient par ceux qui les allument ou par ceux qui veulent y voir la preuve que la bibliopyromanie des chrétiens se trouve bien dans leurs textes fondateurs. Or, dans l'épisode d'Ephèse, c'est par une décision libre (pas forcément intelligente mais libre) que les convertis décident de brûler leurs propres livres. On n'est pas dans une scène de Fahrenheit 451, il ne s'agit pas de tuer symboliquement un auteur ni de déclarer la guerre à une communauté, mais plutôt de manifester un changement radical, une libération. Le seul geste que l'on puisse associer à Actes XIX, c'est l'ancien fumeur qui détruit son paquet de cigarettes, ou l'amoureux déçu qui détruit sa correspondance, pas vraiment un geste intelligent, certes mais en aucun cas un geste offensif... Si le pasteur Jones est assez ignorant de l'Islam pour voir les musulmans comme des ennemis, il aurait au moins pu connaître assez la Bible pour savoir que le commandement de Jésus n'est pas "Brûlez leurs livres" mais "aimez et bénissez"...(miettesdetheo)

Publié dans MEDITATION

Commenter cet article