Comment agir face à l’antisémitisme en France

Publié le par Florymawit

vendredi 22 juin 2012, par Antisémitisme

Je viens de rencontrer un certain nombre de dirigeants de notre Communauté tant en région parisienne qu’en province.

Je voudrais vous faire part de mon inquiétude devant le climat de tension et de colère que j’ai trouvé.

Combien de fois ai-je entendu cette interrogation de gens désabusés : y a-t-il encore un avenir pour les Juifs de France ?

C’est une réalité, la haine anti-juive n’a plus de limite et la banalisation du discours antisémite nous rappelle une terrible époque que l’on croyait révolue !

Cette haine est alimentée par une désinformation systématique du conflit israélo-palestinien à travers une tentative de « délégitimation » et de diabolisation de l’état d’Israël. C

Certains médias en portent une lourde responsabilité : tout est fait pour présenter Israël comme coupable et la sémantique utilisée et reprise par les médias depuis des décennies, a développé une culture de haine anti-israélienne qui sert de terreau à l’antisémitisme.

Savez-vous que l’horrible massacre de Toulouse a été suivi dans les 10 jours par plus de 90 actes antisémites recensés par le ministère de l’intérieur ? Ce regain de violence injustifié est insupportable comme est insupportable l’agression de Villeurbanne à l’encontre de jeunes Juifs innocents qui portaient une kipa.

Je considère que cette situation ne peut plus durer.

Elle met en cause les valeurs mêmes de la République.

Nous supportons de plus en plus difficilement la présence des forces de sécurité devant les écoles et les synagogues et d’être en permanence sous protection policière.

Nous voulons vivre libres comme tous les citoyens : la solution n’est pas d’élever des remparts de béton autour de nos lieux de culte et écoles et de mettre un policier derrière chaque Juif.

Nous ne pouvons plus accepter de nous faire insulter, agresser, par des individus dont la majorité échappe à la police.


Des manifestations anti-israéliennes et anti-juives sont instrumentalisées par des partis politiques, des syndicats, des maires, des groupuscules d’extrême droite et d’extrême gauche : cela suffit, il faut y mettre un terme.

Nous devons exiger des pouvoirs publics une justice impitoyable vis-à-vis des coupables et ceux qui les soutiennent, une répression sans limite vis-à-vis des organisations radicales qui pourrissent notre société : la tolérance doit être zéro.

Nous devons aussi exiger une presse objective et neutre.

Nous devons exiger de réintroduire l’éducation civique à l’école (même si les résultats ne se feront sentir que dans une quinzaine d’années).

Le temps des bonnes intentions est révolu, nous exigeons des actes concrets.

Si je suis élu à la présidence du Consistoire Central, j’entends demander une audience au Président de la République et au Premier Ministre pour faire part de notre exaspération et leur exiger des mesures adaptées à la situation actuelle.

Moïse COHEN Président d’Honneur du Consistoire de Paris

Candidat à la présidence du Consistoire Central

Commenter cet article