Lundi 30 mai 1 30 /05 /Mai 12:55

Définitions de la dépendance sexuelle

Un dépendant sexuel est celui qui est conduit par cette forte dysfonction émotionnelle à utiliser de manière compulsive et obsessionnelle l'activité sexuelle pour saisir un sentiment de valeur ou d'identité, ou pour en prouver le manque (dans la mesure où il a accepté des autres - ou de lui-même - un jugement de condamnation sans appel contre lui-même)

- David Foster


 

«La dépendance sexuelle existe quand une personne pratique une activité sexuelle au point d'affecter négativement sa capacité à composer avec les autres aspects de la vie, devenant impliquée dans d'autres relations - soit vraies ou à travers les fantasmes - et devenant dépendant des expériences sexuelles comme source première de contentement ... sans regard aux conséquences sur sa santé, sa famille et / ou sa carrière.»

- Dr. Harry Schaumburg :

L'Organisation Mondiale de la Santé définit l'intoxication comme étant "une relation pathologique envers un événement altérant l'attitude, une expérience, une chose qui a des conséquences néfastes sur la vie".


La plupart des gens sont un peu surpris à la pensée que le sexe peut rendre cliniquement dépendant, comme les drogues et l'alcool. Cependant cela ne devrait pas être surprenant quand vous prenez en considération que toutes les pensées et les comportements ont une base chimique dans le cerveau. Et, bien sûr, comme dans l'exercice physique, des produits chimiques sont relâchés dans le cerveau en réaction à la pratique sexuelle.

Si quelqu'un est déjà enclin émotionnellement à un comportement dépendant, il est raisonnable que parmi les expressions de ce besoin, il se trouve un usage excessif du sexe.

Chaque dépendant, de n'importe quel type, commence par un jugement personnel qu'il est en quelque manière incomplet ou inadéquat dans un ou plusieurs domaines. Les causes pour ces conclusions sont nombreuses, mais il apparaît que la cause primordiale pour toute dépendance est un jugement personnel disant "Je suis mauvais" - non pas, "J'ai mal agi", mais "Je suis une mauvaise personne".

Les produits chimiques impliqués (soit ingérés ou produits par le cerveau) semblent aussi compenser pour certains patrons synaptiques irréguliers dans le cerveau de la personne dépendante. Il n'est pas clair si cette irrégularité est toujours liée à la génétique (quelque chose qui a été clairement héritée), ou si certains patrons de comportement répétés et certaines influences environnementales ont conspiré pour altérer la forme normale du récepteur et son alignement dans le cerveau. Mais il y a toujours une composante neurochimique pour chaque dépendance.

Les dépendances sont aussi interchangeables. Par exemple, vous pouvez avec succès surmonter votre comportement dépendant de boulimie, mais si vous n'avez pas composé avec la cause première de votre désordre comportemental, vous pourriez vous retrouver avec une dépendance croissante, compensatrice dans un autre domaine (comme une obsession à faire de l'exercice). Plusieurs gens qui abandonnent la dépendance aux drogues transfèrent leur besoin compulsif dans l'alcool. Ceux qui cessent de fumer se mettent souvent à trop manger. Certains qui cessent un comportement sexuel compulsif, le remplacent par une dépendance du travail.

Trouver la source du problème pour le traiter efficacement

Clairement, la cause première, la source du comportement obsessionnel et compulsif doit être trouvée avant que la santé mentale et le comportement normalisé puissent être atteints de façon permanente.

La plupart des dépendances semblent avoir leur origine dans des événements traumatiques précoces qui ont eu un effet sérieux sur un domaine faible dans le tissu émotionnel de la personne, un domaine où l'estime de soi et la valeur personnelle ont été compromises de manière considérable. Souvent ceci se produit à l'intérieur du milieu familial. Par exemple, des attaques verbales continuelles faites par un parent sur la valeur d'un enfant, ou des incidents traumatiques ont pu se produire (abus physique ou sexuel), la conséquence étant que l'enfant a perdu toute confiance et estime de soi.

Parfois ces événements sont si traumatiques que la victime ne peut se rappeler qu'ils se sont même produits. Tout ce qu'elle sait c'est qu'à certains périodes et sous certaines circonstances, elle se sent anormalement inconfortable ou apeurée. Elle va alors s'accroher à la chose qui peut lui ôter la peur ou la douleur. Jusqu'à 97% de tous les dépendants sexuels ont été émotionnellement abusés en tant qu'enfants et quelque 81% ont été abusés sexuellement.

Un dépendant sexuel est celui qui est conduit par cette forte dysfonction émotionnelle à utiliser de manière compulsive et obsessionnelle l'activité sexuelle pour saisir un sentiment de valeur ou d'identité, ou pour en prouver le manque (dans la mesure où il a accepté des autres - ou de lui-même - un jugement de condamnation sans appel contre lui-même). Et avec le temps, comme dans toutes les autres dépendances, le comportement qu'il emploie comme remède devient la chose même qui confirme à nouveau leur propre sentiment d'échec.

Le comportement qu'il choisit (ou parfois il semble que c'est le comportement qui le choisit), n'apporte jamais le résultat désiré. En désespoir de cause, le dépendant augmente sa participation dans le comportement dans une tentative subconsciente de le forcer à fonctionner, et il devient comme une sorte d'animal viré fou - l'antithèse de ce qu'il désirait. Et encore plus insultant, le facteur neurochimique le piège dans un labyrinthe duquel il ne peut s'échapper de lui-même.

La conquête sexuelle est un jeu souvent joué par les dépendants sexuels. C'est une quête de trophées sexuels, pour les réassurer qu'ils sont désirables et qu'ils ont ce qu'il faut pour stimuler la passion intense chez les autres. La sensation optimale survient quand ils sont intensément désirés et appréciés.

Pour d'autres, c'est simplement une manière d'obtenir la sensation forte chimique et physique dont ils ont besoin pour tuer la douleur qui vit profondément en eux. Les partenaires sexuels sont des objets employés à cette fin. Dans certains cas, ils ne sont même pas nécessaires.

Peut-être la quête la plus commune chez les dépendants sexuels c'est la recherche de l'amour. D'une manière ou d'une autre, la vie les a enseignés d'échanger le sexe pour l'amour. En fait, pour eux le sexe est un synonyme de l'amour. Ils n'ont jamais découvert la différence.

Pour d'autres, c'est une manière de rejouer les événements de leur enfance qui ont eu un effet de changement majeur dans leur vie. Les possibilités sont illimitées en réalité en ce qui a trait aux stimuli intérieurs qui motivent les dépendants sexuels.

À l'intérieur des comportements, la spirale tourne vers une perversion de plus en plus grande. Par exemple, un masturbateur compulsif va éventuellement s'engager dans des variations qui vont le blesser physiquement et il continuera malgré tout le comportement qui le blesse. Il est estimé que 45% des mâles qui ont ce comportement le font au point de se blesser, et 33% des femmes.

La dépendance sexuelle vous laisse vide ou mauvais - parfois même fou. Elle crée une solitude en vous en rapport avec votre sexualité en général, comme si vous étiez dans les limbes, quelque part en dehors de la normalité.

La guérison du dépendant sexuel implique une prise de conscience de la rébellion pécheresse qui se tapit profondément à l'intérieur et qui nourrit le comportement. Le dépendant sexuel est d'une manière quelconque en colère contre Dieu et il a placé des demandes non exprimées sur Lui pour recevoir le soulagement ou le contentement intellectuels concernant une ou plusieurs questions non répondues de la vie. Comme résultat, il est en fuite loin de l'intimité même avec son Créateur qui va le guérir - une fuite qui le conduit à changer et détruire l'image de Dieu chez les autres par le sexe dépersonnalisé, idolâtré.

D'une manière similaire, le dépendant sexuel est en fuite loin de l'intimité avec l'humanité. Il en a peur à mort. Il a été profondément blessé par elle dans le passé ou a été élevé dans un environnement familial qui a puni les tentatives d'établir une intimité relationnelle. L'intimité, pour une raison ou une autre, est une chance ne valant pas la peine d'être prise. Pour le dépendant, c'est mieux de vivre dans un monde de fantasmes sexuels plutôt que de prendre le risque de douleur ou de rejet dans des tentatives de vraie intimité. La photo non menaçante dans le magazine pornographique ou dans le vidéo, ou la voix distante sur la ligne 900 procurent une atmosphère sans danger de louange et d'acceptation artificielles dont le dépendant a besoin.

Dans le monde du dépendant sexuel, vous allez trouver une vie saturée d'un profond sentiment d'indignité, une forteresse d'incrédulité à la pensée d'être acceptable pour quiconque à un niveau profond et significatif, et une histoire de compensations tentées à travers la substitution et la fantaisie.

On peut résumer en bref le processus de délivrance et de guérison en disant qu'à mesure que le dépendant sexuel approfondit sa relation avec Jésus-Christ, Dieu va lui montrer à quel point il est aimé et accepté par lui ; combien il est beau et parfait à ses yeux ; et comment Christ peut rencontrer de manière plus complète chacun de ses besoins.

Section d'étude sur la dépendance sexuelle

Le Dr. Lynne Logan, psychologue chrétienne, nomme 6 choses agissant comme barrières à la relation d'intimité :

1° la faible estime de soi
2° les blessures émotionnelles non guéries
3° la peur de l'amour
4° la peur de l'abandon
5° les attentes irréalistes
6° la colère dissimulée

Elle a ensuite mentionné 3 choses qui doivent être développées dans la vie d'une personne afin que la peur de l'intimité soit résolue :

1° la confiance
2° l'engagement
3° la communication.

- David Foster «Sexual Healing» traduit par Le webmestre


Le sexe peut rendre dépendant, accro, quand nous lui donnons trop de pouvoir ... pouvoir de contrôle au niveau de nos pensées et motivation de notre comportement, au point que ce soit très dur de chasser les pensées sexuelles.

Le pouvoir de la dépendance est ressenti par la poussée irrésistible d'agir selon ce comportement en dépit du risque. Les dépendants sexuels ont une envie irrésistible de se gratifier soit par la masturbation, la pornographie, les aventures sexuelles, les actes pervertis, etc. Et ils vont agir selon cette pulsion même s'ils savent qu'ils risquent leur mariage ou leur santé.

L'appétit sexuel, comme la plupart des dépendances, est progressif. La dépendance demande de plus en plus à l'objet ou à l'expérience afin d'en retirer le même bénéfice. Tout comme le corps de quelqu'un développe une tolérance par rapport à l'alcool, les dépendants sexuels ont besoin de plus de sexe, de meilleur sexe, ou même de sexe plus varié, afin d'en retirer la même satisfaction. Ceci conduit souvent à l'expérimentation sexuelle et au sexe « cochon ». Cela peut aller du PLAYBOY et de la masturbation aux films XXX et à l'adultère. Il est maintenant attiré par ce qui le répugnait auparavant.

Mais les dépendances ne sont pas une question de tout ou rien. Il y a plusieurs degrés de dépendance, où une personne peut être légèrement dépendante ou grandement dépendante. Il doit aussi réaliser que la pression sexuelle qu'il crée dans son mariage doit changer. La loi de l'amour, non de la luxure, doit prédominer dans son foyer.

Voici comment l'obsession sexuelle va aller en diminuant.

1° Surmonte le déni au sujet d'abandonner ton obsession sexuelle. La plupart des gens ne prennent pas du mieux parce qu'ils ne veulent pas faire face à la réalité de leur besoin de changer. Ceci implique l'abandon des rêves et des fantasmes sexuels.

2° Tu as besoin de découvrir et de composer avec les racines de ton passé qui ont donné du pouvoir à ton obsession. Cela ne sera pas facile.

Quand nous essayons de guérir nos blessures avec le sexe nous ajoutons seulement plus de douleur. Nous rendons le sexe douloureux pour soi et pour les autres, parce que, étouffés par la compulsion, nous sommes sourds aux cris du coeur blessé qui manque d'amour. Les personnes compulsives sexuellement ont besoin de guérison avant que le sexe soit relaxant et plaisant plutôt que frustrant et obsédant.

 - Alfred Ells, «Released to love » traduction de Le webmestre



 

Pour ce qui concerne le message des évangiles, j'aimerais vous rappeler la radicalité du Christ en ce qui concerne l'ascèse (cf. tout le passage dans lequel Jésus radicalise en terme d'exigence les principes mosaïques : Celui qui se dispute avec un autre est tout autant passible de tribunal que celui qui frappe l'autre ou le tue). L'esprit de cette radicalisation des préceptes mosaïques est fondé sur le fait que l'intention peut déjà être meurtrière (vouloir la mort d'autrui c'est déjà le tuer... Convoiter une autre personne c'est déjà la réduire à l'état d'objet sexuel).

Ce que nous demande le Christ, dans une exigence terrible j'en conviens, c'est de nous détacher de nos tendances à ne considérer nos semblables qu'en fonction de nous, de nos désirs, nos envies, nos besoins... "Aimez Dieu plus que tout et votre prochain comme vous-même" signifie que nous devons absolument inverser la tendance à voir les autres selon le prisme déformant de notre ego.

Jérôme Neu

chutenilbleu251903

 

Par Florymawit - Publié dans : MEDITATION - Communauté : Chrétiens - et fiers de l'être
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Présentation

Recherche

Calendrier

Septembre 2014
L M M J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30          
<< < > >>

Texte Libre

"L'Amour triomphe de la haine comme la Lumière triomphe de l'obscurité". MARTIN LUTHER KING

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés