Facebook lance son service de géolocalisation

Publié le par Florymawit


   

Le réseau social Facebook a annonce mercredi l’arrivée d’une nouvelle fonctionnalité qui permet à ses membres d’indiquer l’endroit où ils se trouvent. Baptisé “Places”, ce service de géolocalisation n’est pour l’heure disponible qu’aux Etats-Unis.
Préssenti depuis quelques temps, cette fonctionnalité exploite le système de géolocalisation d’un terminal doté d’un module GPS. En clair, Places est disponible sur un téléphone portable équipé et supportant le HTML5 en accédant à la version mobile de Facebook, ou via l’application Facebook pour iPhone.
Places permet à l’utilisateur d’indiquer où il se trouve en cochant un endroit parmi une liste de lieux à proximité. Si un lieu n’apparaît pas dans la liste, l’utilisateur peut lancer la recherche et l’ajouter. Par la suite, son statut sur Facebook affichera l’endroit où il se trouve.
En plus de sa position géographique, l’utilisateur peut indiquer ce qu’il fait ou la personne avec qui il se trouve.

Facebook_Places

Enfin, une section “Here now” (ici maintenant), fait apparaître les autres utilisateurs de Facebook qui se trouvent également dans la même zone. Cependant, il est possible d’activer ou de désactiver cette fonctionnalité dans les paramètres de confidentialité.
Pour l’instant, Facebook Places n’est disponible qu’aux Etats-Unis. Le site aux 500 millions d’amis n’a pas indiqué si cette fonction serait proposée dans d’autres pays.
Cette annonce n’a pas manqué de relancer la polémique sur la protection des données privées, dont Facebook est désormais coutumier. La branche californienne de l’ACLU (l’union américaine des libertés civiles) estime que cette nouvelle application expose trop d’informations personnelles. Elle reproche notamment que la fonction Here Now soit activée par défaut et que l’utilisateur puisse signaler la présence d’un ami dans Places, alors que ce dernier ne peut empêcher un marquage contre son gré.
En février 2009, Google avait également suscité de vives réactions avec son service Latitude, permettant à un utilisateur de smartphone d’indiquer sa position sur une carte, mais aussi d’observer celle de ses proches et amis.
En France, la Commission national de l’informatique et des libertés (Cnil) a récemment mis en garde les utilisateurs de smartphones contre les dérives des systèmes de géolocalisation, et notamment la démarche commerciale derrière les services de réalité augmentée, qu’elle juge “insidieuse”.

Commenter cet article