Inspiration de l’Écriture

Publié le par Florymawit


[Inspiration de l’Écriture]

  


... Dernièrement j’ai souvent insisté sur le fait que toute sorte de choses sont rapportées dans l’Écriture : les malices de Satan, les méprises et les mauvaises pensées des hommes, leurs péchés, du mal tout pur, un mélange de bien et de mal, des choses et des paroles où l’influence du Saint Esprit dans le coeur se fait jour à travers les préjugés et les pensées des hommes. Mais toutes ces choses nous sont données dans la Parole par inspiration, afin que nous connaissions l’homme et les voies de Dieu. En même temps nous sont aussi communiquées les propres pensées de Dieu, afin de nous rendre capables de juger de tout cela selon son jugement. Ainsi nous comprenons d’une manière beaucoup plus vraie l’état de l’homme et tout ce qui tient à ses rapports avec Dieu.

Ce que je cherche dans un livre inspiré, c’est la communication parfaite des pensées de Dieu, telles qu’il daigne me les communiquer, et une histoire parfaite de l’homme, une histoire telle que, possédant les pensées de Dieu, je puisse juger parfaitement de ce qu’est l’homme, comme Dieu, le Dieu de vérité, me le montrerait : or, pour cela, il faut que je connaisse ses fautes, ses pensées, ce qu’il est sans loi, sous la loi, sous l’influence des affections que produit le Saint Esprit, soit que la chair soit entièrement mortifiée, soit qu’elle colore, dans ce qui sort du coeur, les affections produites, en leur prêtant la forme de l’état d’esprit de l’individu.

Dans ce dernier cas, lorsqu’il s’agit de ce mélange, je ne prends pas le résultat comme l’expression propre des pensées de Dieu, ni comme des affections absolument approuvées de lui, telles au moins qu’elles sont exprimées. Mais j’accepte ce qui est dit comme une révélation de la part de Dieu, qui me fait connaître l’homme dans cette phase-là. Car l’effet de l’oeuvre de Dieu dans l’homme ne sera parfait que lorsque, dans la gloire, nous refléterons ce qu’Il est, selon le modèle de Jésus, à l’image duquel nous serons conformes. Du moment qu’il s’agit des pensées de Dieu révélées directement, c’est autre chose ; mais l’homme dépeint par Dieu, l’oeuvre de Satan, l’effet de l’oeuvre de Dieu dans l’homme, ne sont jamais cela. Il n’y a de difficulté que dans ce dernier cas, à cause du mélange. Pour ma part, je ne doute pas qu’un puissant effet de l’Esprit de Dieu ne soit souvent produit, là où la forme morale dont est revêtu ce qui produit, participe, avec un extrême mélange, à toutes les pensées de la classe d’individus qui en est le vase et le canal. Le Saint Esprit produit des affections, du zèle ; la forme est souvent celle de l’éducation religieuse de l’individu ou même du peuple.

Anonyme

Publié dans ETUDES BIBLIQUES

Commenter cet article