Issue du Bouddhisme

Publié le par Florymawit

Issue du Bouddhisme


Ayant grandi dans une famille bouddhiste, j'ai appris à respecter et à prier "Bouddha" dès mon enfance. À vrai dire, le bouddhisme a joué peu de rôle dans ma vie. Si je pratiquais cette religion, c'était par obéissance et non par conviction. Je n'étais pas encore prête à me soumettre à une personne divine.

À partir de douze ans, j'ai pris ma vie en main et je la dirigeais selon mes propres désirs. Je réclamais la liberté et l'indépendance dans tout ce que je faisais, mais j'étais souvent tenue en laisse par une éducation stricte.

J'ai vécu mon adolescence dans tout ce que le monde peut offrir, cela m'a permis de m'extérioriser et de découvrir de nouvelles choses. D'ailleurs, le péché a toujours régné dans mon cœur et a fait de moi une esclave de nombreuses choses. J'aimais danser, chanter, sortir...Ces trois activités étaient mes principales passions, partagées avec d'autres amies. C'était la belle vie!

Parallèlement, des pensées passagères m'ont poussée à réfléchir sur ma vie face à mon existence dans ce monde. J'ai alors débuté une recherche constante de Son créateur. À cette époque, j'entendais souvent parler du christianisme dans mon entourage et la curiosité s'installait dans mon cœur, à la découverte de cette religion, mais sans conduire plus loin. Je n'ai jamais compris pourquoi le bouddhisme n'était pas intéressant pour moi, alors que je pouvais l'exercer sans problème.

En août 1994, ma mère et moi, nous avons participé à une cérémonie religieuse à Paris. À cette occasion, beaucoup de monde s'était réuni, les gens étaient remplis de joie et heureux de prier ensemble, tandis que moi, je m'ennuyais et n'était pas fière d'être présente. Je ne savais pas pourquoi. Quand il a fallu étaler des pétales de fleurs pour adorer Bouddha, j'ai demandé à ma mère: "Pourquoi dois-je faire cela puisque je n'ai aucune croyance?". Elle m'a fait signe de me taire car d'autres personnes avaient entendu. Je refusait de prier ou de faire quoi que ce soit, mais j'étais obligée d'agir comme tout le monde. De retour à la maison, je me suis révoltée contre ma mère, je lui interdisais d'écouter ses cassettes de prières et c'est à partir de ce moment-là que je me suis éloignée complètement du bouddhisme

À l'approche de mes seize ans, j'avais un autre style de vie qu'aujourd'hui, j'étais entièrement séduite par le prince de ce monde, Satan. Tout ce que je voyais, c'était la désobéissance, la révolte, la débauche, la violence, le mensonge, les mauvaises pensées, enfin tout ce qui peut exister dans un être loin de Dieu. Plus j'avançais dans ma folie, plus je souffrais. Quand on aime une personne, on fait tout pour la garder. C 'était mon cas. Mon copain et moi n'arrivions jamais à nous comprendre, c'était toujours la guerre. Malgré cela, je l'aimais et l'ai supporté huit mois. Les bons moments vécus ensemble s'effaçaient au fur et à mesure de nos mémoires et plus tard, j'ai compris que j'avais toujours été victime d'une trahison "sentimentale".

Un jour, en revenant de l'école, je me suis enfermée dans ma chambre et les yeux vers le ciel, j'ai crié : "Dieu, si tu existes, aide-moi à sortir de cet enfer! S'il te plaît secours-moi car Tu es ma dernière solution!". Et je me suis dit : "Il est temps que tu cherches en qui te confier car si tu veux être le chef de ta vie, tu ne sortiras jamais de ce puits".

Quelques jours plus tard, j'ai rencontré les témoins de Jéhovah qui m'ont fait découvrir la Bible. Mon but, c'était de trouver une délivrance à mon épreuve mais ils ne m'ont rien apporté.

A début du mois de Juin 1996, j'ai rencontré un chrétien qui m'a invité à un groupe de jeunes. J'y suis allée et à cette occasion, un chant m'a parlé: "On ne peut servir deux maîtres sans que l'un des deux soit trompé". On ne peut non plus ramer sur deux bateaux en même temps, c'est impossible, donc il faut faire un choix! Le lendemain, invitée au culte et à des baptêmes, le refrain d'un cantique m'a profondément touchée. "Dieu sait si bien ce qui te semble lourd, qui te fais mal, te trouble chaque jour. Il connaît tes chagrins, ta peur du lendemain, Il veut que tout concoure à notre bien". J'ai pleuré au fond de mon cœur, c'était comme si Dieu me parlait et m'invitait à venir à Lui. Depuis ce jour, j'allais aux études bibliques pour découvrir ce Dieu qui semblait si bien me connaître, ce Dieu qui fait le premier pas vers celui qui souffre alors que chez les bouddhistes, ce sont les gens qui vont vers Bouddha. J'étais consciente que Jésus était mort pour moi sur la croix pour me racheter de mes péchés.

Le Mercredi 3 Juillet 1996, j'ai donné mon cœur à Jésus-Christ. Ma conversion a entraîné celle d'autres membres de ma famille et là, j'ai réellement compris que la grâce de Dieu nous avait toujours accompagnés.

La Bible dit dans 2 Co 5.17 : Si quelqu'un est en Christ, il est une nouvelle créature. Les choses sont devenues nouvelles. Je voyais une nouvelle vie qui débutait dans la joie, dans la lumière, je n'étais plus au fond du puits mais j'étais délivrée par la foi en Jésus-Christ, mon Sauveur. Je commençais à partager avec mes amies ce que j'avais appris de Dieu. Je voulais que toutes connaissent ce Dieu si merveilleux.

Cela ne veut pas dire que tout était facile, au contraire, c'était un combat mais je n'ai jamais regretté d'avoir abandonné mes passions, mes proches, mes biens. Autrefois, vous étiez ténèbres et maintenant vous êtes lumière dans le Seigneur. Marchez comme des enfants de lumière! (Ep 5.8).

Si Dieu nous a choisis, c'est pour Le servir à notre tour et proclamer la bonne nouvelle à tous ceux qui sont perdus comme nous l'étions avant. C'est dans ce but que j'ai accepté le baptême le 1er Juin 1997, car connaître Jésus-Christ, c'est plus que toute autre chose, c'est donner sa vie et souffrir avec Lui.

Le Diable ne nous laisse pas tranquilles lorsque nous venons à Dieu. Il fait tout pour nous décourager, nous faire chuter et nous accuser. Souvent après mon baptême, je suis "tombée dans le panneau". Je traversais des périodes difficiles ainsi que des découragements, mais j'ai appris à vaincre l'ennemi en venant simplement à Dieu, telle que je suis, pour recevoir Son pardon et Son soutien. Car ce qui est né de Dieu triomphe du monde et la victoire qui triomphe du monde, c'est notre foi (1 Jn 5.4).

La Bible dit que rien ne pourra nous séparer de l'amour de Dieu et aujourd'hui, je remercie le Seigneur de ce qu'Il m'a conduite dans Son plan merveilleux. L'avenir est entre Ses mains, je n'ai rien à craindre puisque c'est Lui aussi qui dirigeait mon passé.

Une sœur en Christ, m'a dit un jour que j'avais été choisie et adoptée deux fois. La première, ce fut ma mère adoptive qui m'a aimée et élevée depuis ma première semaine sur cette terre, et la seconde, ce fut Dieu mon Père qui m'a aimé et connue avant même de m'avoir formée. La Bible dit dans Jr 1.5 : Je te connaissais avant même de t'avoir formé dans le ventre de ta mère.

Oui, nous sommes des créatures merveilleuses et c'est à nous de nous accepter tels que nous sommes. Car Dieu regarde aux cœurs et non aux apparences. Quand je n'étais qu'une masse informe, Tes yeux me voyaient; et sur ton livre étaient inscrits les jours qui m'étaient destinés avant qu'aucun d'eux n'existât (Ps 139.16).

S.K.


Anonyme

 

Publié dans TEMOIGNAGE

Commenter cet article