l’enfer, c’est ne jamais savoir qui l’on est.

Publié le par Florymawit


l’enfer, c’est ne jamais savoir qui l’on est.

 

Pour la plupart des

être vivants,

l’enfer, c’est ne jamais

savoir qui l’on est.

Le Chanteur savait

et c’était là son tourment.

 



Lorsqu’il s’éveilla, le chant

était là

 

Sa mélodie lui fit signe et le supplia :

Chante, chante-moi donc !

Elle était suspendue au vent, et vint

se poser dans le pré où il marchait.

Il en connaissait les paroles exquises

il aurait pu les chanter toutes, mais il

craignait de faire entendre une

mélodie d’une harmonie si parfaite

que nulle oreille d’homme ne l’aurait comprise

A minuit cependant, elle le mit en

éveil, et, aux sons persistants de sa

mélodie, le mena, par un mystère

étonnant, devant une fenêtre ouverte.

En rhapsodie, elle jouait parmi les étoiles

Elle résonnait à travers Andromède et

renforçait les couleurs de Véga.

D’une galaxie à l’autre passait le

tourbillon de ses accents profonds,

écho de l’œuvre de ses doigts.

« Chante le Chant ! » semblaient crier

les cieux. « Sans le mélodie que toi

seul sais chanter, nous n’existerons point. »

Publié dans POESIE

Commenter cet article