L'or d'Ophir

Publié le par Florymawit





 


L'or d'Ophir


Je viens pour acheter de l’or que je n’ai
pas,
Cet Or d’Ophiri si rare qu’il ne vient que de Toi.
Je suis pauvre Seigneur, cet or donne le moi,
Le feu l’a éprouvé, je sais qu’il durera.

Tu vois des vêtements, j’en aurais tant besoin,
Je pensais être riche, avoir tout, je n’ai rien.
Donne moi la Tunique que purifie ton Sang,
Je suis ton serviteur, je veux être tout en blanc.

Mes yeux qui te voyaient, Seigneur ne voient plus rien
Et mes pas hésitants s’égarent du chemin.
Il me faut ton Collyre pour recouvrer la vue,
Je veux voir ton sourire, je veux voir ta venue.

Tu te tiens à ma porte et je t’entends frapper.
Je cours ouvrir Seigneur et je te laisse entrer,
Nous mangerons ensemble et nous pourrons parler,
Mon cœur qui était tiède se remet à brûler…



Apocalypse (Révélation en anglais) 3:14 /22

A l'ange de l'Eglise de Laodicée, écris : “Voici ce que dit celui qui s'appelle Amen, le
témoin digne de foi et véridique, celui qui a présidé à toute la création de Dieu.
Je connais ta conduite et je sais que tu n'es ni froid, ni bouillant. Ah ! si seulement tu
étais froid ou bouillant ! Mais puisque tu es tiède, puisque tu n'es ni froid, ni bouillant, je vais te vomir de ma bouche.
Tu dis : Je suis riche ! J'ai amassé des trésors ! Je n'ai besoin de rien ! Et tu ne te
rends pas compte que tu es misérable et pitoyable, que tu es pauvre, aveugle et nu !
C'est pourquoi je te donne un conseil : achète chez moi de l'or purifié au feu pour devenir
réellement riche, des vêtements blancs pour te couvrir afin qu'on ne voie pas ta honteuse nudité, et un collyre pour soigner tes yeux afin que tu puisses voir clair.

Moi, ceux que j'aime, je les reprends et je les corrige. Fais donc preuve de zèle, et change
d'attitude.
Voici : je me tiens devant la porte et je frappe. Si quelqu'un entend ma voix et ouvre la
porte, j’entrerai chez lui et je dînerai avec lui et lui avec moi.
Le vainqueur, je le ferai siéger avec moi sur mon trône, comme moi-même, je suis allé siéger
avec mon Père sur son trône après avoir remporté la victoire.

Que celui qui a des oreilles écoute ce
que l'Esprit dit aux Eglises.”

No " Comment "… Qu’il en soit ainsi pour nos vies…!

Dieu vous bénisse !


Servane Pruvost 

Publié dans POESIE

Commenter cet article