L'unité des chrétiens

Publié le par Florymawit

L'unité des chrétiens

 

(Jésus dit:) J'ai d'autres brebis qui ne sont pas de cet enclos; il faut que je les amène, elles aussi; elles écouteront ma voix et il y aura un seul troupeau, un seul berger.
Jean 10. 16
Il n'y a plus ni Juif, ni Grec; il n'y a plus ni esclave, ni homme libre; il n'y a plus ni homme, ni femme: car vous tous, vous êtes un dans le Christ Jésus.
Galates 3. 28


Pour les contemporains de Jésus, le monde était divisé en deux parties: il y avait les “Juifs”, pratiquement les seuls à croire au Dieu unique, et ceux qu'ils appelaient les “Grecs”, c'est-à­dire les peuples païens avec leurs religions polythéistes. Avec la venue de la foi chrétienne, les chrétiens ont formé une troisième partie.

La religion juive était “l'enclos”, la bergerie, où les brebis étaient protégées, mais aussi comme enfermées. La voix du bon Berger a retenti dans cette bergerie: des brebis l'ont entendue, elles l'ont écoutée. Le Seigneur Jésus est le “bon Berger”. Il a donné sa vie pour ses brebis (Jean 10. 1-30).

Sa voix s'est aussi fait entendre à l'extérieur de cette bergerie, et “d'autres brebis” ont été amenées du milieu des autres peuples. Maintenant il n'y a plus de bergerie avec ses murailles de lois et de règles. Il y a un seul troupeau, maintenu groupé par les soins et la puissance d'attraction du seul Berger.

Voilà l'unité des chrétiens. Elle est aussi représentée par l'image d'une seule famille ayant Dieu comme Père, et par celle du seul corps dont Christ est la tête. Mais il y a une douceur particulière dans le fait que le seul troupeau, sur la terre, appartient en propre au Seigneur. Et dans cet immense troupeau de Dieu, chaque brebis est attachée individuellement au Berger dans une intimité qu'elle seule connaît. “Il appelle ses propres brebis par leur nom” (Jean 10. 3). Jésus nous assure: “Moi, je suis le bon berger: je connais les miens, et je suis connu des miens” (v. 14)

.La Bonne Semence

Publié dans MEDITATION

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article