La troisième guerre mondiale a déjà commencé

Publié le par Florymawit

La troisième guerre mondiale a déjà commencé

 


L’extrémisme musulman et Al Qaeda sont-ils les ennemis de l’Occident ? Qui a créé Al Qaeda ? Comment se fait-il que l’Arabie saoudite principale alliée musulmane de l’Occident ait financé Al Qaeda, les Taliban et toutes les madrasas et mosquées extrémistes dans les mondes arabe, musulman, asiatique, africain et occidental ? Comment se fait-il qu’Al Qaeda soit ennemie des Etats-Unis et de l’Iran, ennemi des Etats-Unis, l’ennemi de mes ennemis ne serait-il plus mon ami ?

Comment se fait-il que c’est à la Turquie islamo-fasciste, qui a complètement éliminé ses chrétiens, par génocides, massacres et oppressions, qui a nié avoir jamais commis des génocides dans ses anciennes colonies, qui n’a jamais appliqué les droits de l’homme chez elle, comment se fait-il qu’on lui confie le soin de défendre les droits de l’homme dans les pays avoisinants ? Comment se fait-il que l’on confie la même mission aux Etats les plus dictatoriaux, théocratiques et extrémistes musulmans du monde arabe, je nomme l’Arabie saoudite, le Qatar et autres émirats du Golfe ?

Comment se fait-il que l’Occident ait fait massacrer des dizaines de milliers de civils en Libye pour remplacer le dictateur Libyen par des islamistes intégristes qui ont fait partie d’Al Qaeda et autres sectes islamiques intégristes, supposées être ennemies de ce même Occident ? Comment se fait-il que l’Occident soi-disant ennemi des extrémistes musulmans veut-il renverser le gouvernement laïc syrien pour le remplacer par ces mêmes intégristes ? Si les extrémistes islamiques sunnites sont les alliés de l’Occident dans les pays arabes, pourquoi cette campagne internet, contre l’Islam européen et tout islam, confondu avec ces mêmes intégristes ? Quelles sont les relations de l’occident avec les nouveaux gouvernements islamistes intégristes de Libye, d’Egypte et de Tunisie, arrives au pouvoir grâce, entre autres, à l’appui et aux finances des amis saoudiens et du Qatar ?

Nous allons donc, dans un premier temps, faire un petit historique pour ensuite essayer d’en déduire ce qu’on nous prépare dans l’avenir.

1 – Le déclencheur Liban.

En 1974, au moment où mon pays était une sorte de paradis terrestre et que la guerre civile battait son plein à Chypre, en préparation de l’occupation turque, les juifs, citoyens libanais, à part entière, commencèrent à vendre leurs biens pour quitter le pays en toute hâte. Un ami arménien américain nous faisait alors cette prophétie :

« Bientôt ce sera le tour du Liban, à cause de ses 18 confessions, car ne pouvant pas battre l’Union soviétique de l’extérieur, à cause de l’équilibre de la terreur, il fallait la faire imploser de l’intérieur sous l’effet des guerres de religions sur ses républiques musulmanes ».

En 1975, je fus envoyé comme Assistant de l’Attaché Libanais des Forces Armées à Washington DC, aux Etats-Unis, que je croyais être nos alliés contre les Palestiniens révoltés ; je fus étonné de voir que ce pays ami était l’allié de tous les belligérants libanais ou palestiniens, quelles que soient leurs religions ou confessions. Ils fournissaient les armes à qui pouvaient les payer, mais pas à l’armée libanaise dont la mission était de séparer les belligérants. Le Liban était l’appât.

Une des conséquences de ces guerres libanaises fut le renversement du Shah d’Iran, car un bataillon iranien faisait partie des casques bleus à la frontière avec Israël et ses soldats étaient témoins des souffrances de la population chiite de la région par les mains des alliés israéliens de leur shah. Conséquence voulue par les Américains ? C’est ce dont le Shah a accusé ses anciens bienfaiteurs dans ses mémoires. La suite montrera que cela était consistant avec la stratégie américaine d’excitation des fanatismes religieux.

Entretemps, le Liban fut divisé en zones d’occupations par ses voisins syrien et israélien avec bénédiction américaine. Puis ce fut le débarquement des troupes multinationales supposées y ramener l’autorité de l’Etat, mais étonnamment le cuirassé New Jersey tirait sur les révoltés des obus inertes, tandis que les avions français tuaient deux chèvres « séditieuses » (islamistes ?) dans une ferme de la Bekaa (1982-83). Finalement après moult pérégrinations et souffrances du peuple libanais, la constitution de ce pays fut amendée pour donner tous pouvoirs au Premier Ministre sunnite qui devait être un sujet du roi très islamique saoudien, un homme d’affaires féru en moyens pour mettre en faillite l’Etat libanais et l’endetter de plus de soixante milliards de dollars, méthode américaine nouvelle pour faire obéir les pays récalcitrants. Son assassinat permit de mettre le malheureux Liban sous tutelle des Nations Unies et assujetti aux foudres et juges d’un tribunal international spécial et injuste dont il doit toujours payer la moitié des dépenses. Cela ne suffit pas. Cet homme fut transformé en martyr sunnite pour rendre sacrilège toute critique de sa gestion des finances de l’Etat et provoquer un fanatisme sunnite préparatoire à une guerre confessionnelle entre les deux parties sunnite et chiite de la population. Bien sûr, son fils était chargé de le remplacer, par l’Occident et le roi théocratique saoudien mais « bon islamiste », car ami de l’Occident, pas comme Al Qaeda qu’il avait aidé à créer par ses finances et les combattants islamiques saoudiens et autres arabes.

2 - L’Afghanistan, l’Iran, l’Iraq et Al Qaeda.

Revenons un peu en arrière, car les guerres du Liban, ayant excité les passions religieuses furent utilisées pour créer une révolte islamique sunnite en Afghanistan, mais aussi pour renverser le Shah par une révolte islamique chiite dont le Shah accusa les Américains d’en être les promoteurs. Il y a un fait que Khomeiny revint à Téhéran sur un avion d’Air France, tandis que le Shah était traité en brebis galeuse par tous les pays occidentaux, ses anciens amis et alliés.

Bien sûr cet Etat chiite ne pouvait qu’être ennemi de l’Occident puisqu’ennemi d’Al Qaeda sunnite ; il battit les troupes américaines envoyées pour sauver leurs diplomates en utilisant le « miracle » du même « vent divin » que les Britanniques utilisèrent contre la Grande Armada, quelques siècles plus tôt. Etonnant comment l’Histoire se répète. On dirait que Dieu n’a pas beaucoup d’imagination.

Ce fut l’occasion de lancer l’Iraq arabe dirigé par un ancien homme de main sunnite de la CIA, Saddam Hussein, contre l’Iran chiite, ramenant le Moyen-Orient à ses haines entre Perses et Arabes, sunnites et chiites. La minorité chrétienne n’avait plus d’importance, sauf pour exciter par ses malheurs la rue occidentale, qui ne se rappelle de son christianisme, que par ses inimitiés ataviques avec un vieil islam conquérant puis colonisé.

Non seulement le Moyen-Orient fut divisé en confessions et races rivales, mais ce fut aussi le cas de la Méditerranée, alors que les communications ne pouvaient que faire du monde un grand Liban où tous les pays ne pouvaient plus qu’être, comme mon petit pays, des mosaïques d’ethnies et de religions.

La mission du Liban était donc d’apporter au monde la manière de pouvoir vivre en paix et en communion entre ces différentes communautés et ce fut ce que Jean-Paul II a expliqué aux Libanais et au monde.

Serait-ce aussi pour cela que ce petit pays ne pouvait pas être laissé en paix, car son existence même contrecarrait les plans de la seule superpuissance mondiale qui s’était lancée dans la conquête de la planète ?

3 – Contradictions américaines.

Elles sautent aux yeux dans toute la politique américaine et même occidentale :

Les Américains ont eux-mêmes créé Al Qaeda et armé les Taliban, pourtant ils furent en guerre contre eux (le 11 septembre même est discuté, de même que la mort de Ben Laden pose plus de questions qu’elle n’en résout) et, aujourd’hui, ils semblent s’entendre avec les Islamistes un peu partout dans les pays arabes et discutent déjà de paix avec ceux d’Afghanistan. Leurs alliés sont les théocraties du Golfe, ils s’entendent très bien avec les Islamistes et Al Qaeda au Maghreb Islamique (AQMI) qu’ils ont installé en Libye, les partis islamiques qui gouvernent en Tunisie, au Maroc, en Egypte, en Turquie et même en Jordanie sont leurs alliés, tandis que les Turcs, l’Emir du Qatar, l’Arabie saoudite, les Haririens pro-Saoudiens du Liban et les combattants islamiques libyens sont tous alliés avec la France et les Etats-Unis, pour renverser le gouvernement laïc syrien. Les Chrétiens du Liban et tous les Libanais ont été abasourdis par le genre de réception que le Patriarche libanais a reçue en France, amie millénaire du Liban (notre tendre mère, disent les Maronites) et dont le résultat a été que le patriarche ne fut pas reçu par les dirigeants américains lors de sa visite aux Etats-Unis. Son péché mortel a été d’attirer leur attention que les remplaçants du gouvernement syrien pouvaient être des séditieux islamiques fanatiques, qui mettraient en danger la vie, les libertés et les droits de l’homme non seulement en Syrie mais au Liban : en un mot, le remède pouvait être pire que le mal.

Le Patriarche a sûrement dû donner les exemples de la Libye (qui a envoyé ses combattants islamiques en Turquie pour y aider ce qu’on appelle le Conseil National Syrien) et de tous ces pays où les islamistes ont pris le pouvoir ; il a sûrement dû montrer combien les peuples de Syrie et du Liban craignent un retour de la Turquie, plusieurs fois génocidaire. Mais cela n’intéresse pas les Américains, car ils ont une politique « planétaire » et ne s’abaissent pas aux « détails » que sont les petits pays comme le Liban et la Syrie !

4 - La politique planétaire des Etats-Unis.

Quelles seraient les raisons de ce chaos incompréhensible au Moyen-Orient ? Pourquoi ces comportements incompréhensibles des acteurs du drame, notamment ceux des Etats-Unis d’Amérique, créateurs, financiers, promoteurs de l’extrémisme islamique, avec leurs coéquipiers et collaborateurs obéissants que sont les Saoudiens, les Pakistanais, les Turcs et que deviennent aujourd’hui les extrémistes musulmans de tous les pays arabes du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord ?

On a beaucoup répété que les Etats-Unis sont manipulés par leurs corporations et leurs lobbies, le fameux complexe militaro-industriel qui aurait intérêt à ce que les guerres l’enrichissent par les ventes d’armes et de matériaux ainsi que les reconstructions des infrastructures détruites. On a aussi parlé du fait que Saddam Hussein avait fait le sacrilège de vouloir vendre son pétrole en euros et que l’Iran veut le vendre en d’autres monnaies que le dollar. On a aussi dit que l’Amérique voudrait faire passer par la Turquie le gaz et le pétrole acheté par l’Europe pour la détacher de la Russie. On a même cité Henri Kissinger sur internet disant que l’Amérique était en train de pousser la Russie et la Chine à l’attaquer pour qu’elle puisse les détruire et devenir ainsi le maître final de la planète. On a enfin dit que les Etats-Unis ont appris la leçon de leurs ancêtres britanniques qui cherchaient toujours à avoir continuellement des guerres sur le continent européen pour qu’aucune puissance ne puisse lui faire risquer de perdre sa maîtrise des mers. Les Américains feraient de même avec le continent eurasiatique pour garder, eux, leur statut de seule superpuissance mondiale, statut que la situation économique et financière mondiale, ainsi que leurs dépenses guerrières risquent de leur faire perdre.

Je retiendrai cette dernière possibilité. Seulement, je ne comprends pas le suivisme européen car l’Europe, fait partie du continent eurasiatique voue aux guerres intestines.

Malheureusement pour le monde, y compris l’Amérique, certaines des gaffes US risquent de mettre le feu à la planète.

5 - La troisième guerre mondiale.

Quoi de mieux, pour créer des guerres continuelles, que les guerres de religions ? Les Etats-Unis sont passés maîtres dans le lavage de cerveau de masse. Ils contrôlent les médias chez eux et en Europe, tandis que leurs protégés des théocraties du Golfe contrôlent ceux du monde arabe avec quand même un peu plus d’exceptions, car les populations arabes se méfient de leurs dirigeants, surtout quand il s’allient avec les alliés d’Israël, qu’ils considèrent comme un agresseur et l’occupant d’une de leurs terres les plus sacrées ; c’est pour cela que l’on voit le Hamas, parti islamiste sunnite, allié avec le Hezbollah et l’Iran chiites, ainsi qu’avec le gouvernement laïc de Syrie.

C’est pour cela qu’en France, par exemple, on ne parle que du danger islamique, des massacres des chrétiens dans les pays musulmans ; les photos des massacres au Nigeria sont diffusées incessamment sur internet, tandis que dans les pays arabes sunnites on ne parle que du danger chiite, surtout iranien, et de la bombe nucléaire chiite perse. Les médias arabes en ont presque oublié la question palestinienne et Israël.

Pourtant, personne ne parle que le gouvernement Bush en s’attaquant à l’Iraq et en détruisant le plus grand ennemi arabe de l’Iran a agi en meilleur bienfaiteur de ce dernier pays. Les Américains seraient-ils si idiots ?

De même, quand les Américains et les Européens ont fait l’embargo sur le pétrole iranien et sur la banque centrale de ce pays, ne savaient-ils pas qu’ils étaient en train de pousser l’Iran à les attaquer et à attaquer les pays arabes du Golfe, comme Roosevelt est dit avoir poussé le Japon à attaquer à Pearl Harbour ? Quant à la Chine, accepterait-elle vraiment de renoncer au pétrole iranien pour se rendre tributaire des alliés saoudiens des Américains ? Est-ce que vraiment les Américains pensent que les Iraniens et les Russes laisseraient les Turcs et les principautés islamiques du Golfe renverser le gouvernement syrien et couper l’Iran de la Méditerranée ? L’Europe et Israël ont-ils vraiment intérêt à voir la Turquie sur le Golan, prête à reprendre son chemin vers son ancien empire de l’Est et du Sud de la Méditerranée ? Car, la Turquie voudra-t-elle se laisser stopper par la seule pierre d’achoppement restante qu’est Israël ?

Quant aux Russes, laisseront-ils leur ancien voisin ennemi reprendre pied en Syrie et en Iraq et profiter du pétrole des pays du Golfe ou il remplacera rapidement les Américains ? Et l’Iran dans tout cela ? Laissera-t-il la Turquie reprendre les territoires dont elle l’avait chassé en 1515 ?

On voit ici que les Américains ont fait toutes les ”gaffes” possibles pour prévenir Russes, Chinois et Iraniens et les pousser à défendre la Syrie.

Les Russes, eux, furent encore plus terrorises par les actions ”agressives” US en Géorgie, puis les mensonges sur la Libye, puis l’installation de leurs défenses anti-missiles en Turquie, ennemie de la Russie dans le Caucase et danger dans les républiques musulmanes turcophones de Russie et enfin, « cerise sur le gâteau » leur appui aux manifestations anti-Poutine, comme si la Russie faisait partie du Printemps Arabe. La Russie a alors compris, si elle ne l’avait pas fait déjà, qu’après la Syrie ce serait son tour, peut-être en troisième position après la destruction de l’Iran. La plus grosse gaffe américaine fut qu’ils excitèrent trop d’ennemis en même temps.

C’est pour cela que la Russie posera son veto sur tout ce qui peut nuire à son allié, Assad, aux Nations-Unies, car il s’agit de sa propre survie.

C’est pour cela que la bataille en Syrie sera très dure et que nous pouvons dire que c’est les premiers combats d’avant-garde qui préparent à la troisième guerre mondiale et les ”alliés européens” des Etats-Unis feraient bien de se désengager. D’ailleurs, pour la France, la Russie est un allié séculaire qu’elle ferait bien de retrouver, car l’Amérique, elle, a une politique planétaire qui se fiche des « détails surtout alliés ».

Elle ferait bien de répéter après le cardinal Tauran : « Il est important que, dans un monde pluriel et précaire comme le nôtre, nos concitoyens puissent constater que le dialogue interreligieux est une richesse pour les sociétés humaines : des croyants qui, dans le respect de leurs différences, sont capables de s’écouter, d’apprécier ce qu’il y a de bien et de beau chez l’autre sont des prophètes de l’espérance… Ils disent qu’il est possible de vivre ensemble parce que la personne humaine est beaucoup plus que ce qu’elle montre ou produit ! »

 

Roger Akl

8600, SW, 87 Avenue, Miami, FL33173, USA

1(305) 271 5872

par Roger AKL

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article