Le danger de preferer les livres religieux aux Écritures.

Publié le par Florymawit


Le danger de preferer les livres religieux aux Écritures.

Pour ce qui est d'un autre grand moyen de grâce: la lecture de la Parole de Dieu, j'étais tombé dans un piège où tombent généralement les nouveaux convertis qui préfèrent les livres religieux aux Écritures. 

Les difficultés que j'avais à comprendre la Bible, le peu de joie que j'éprouvais à la lire, me firent la délaisser. Mon ignorance et mon indifférence subsistaient donc; alors qu'une lecture suivie et accompagnée de prière entraîne inévitablement la connaissance et la joie.

Durant les 4 premières années qui suivirent ma conversion, je fus incapable de comprendre clairement les points fondamentaux de notre sainte foi. A cause de cette ignorance, je fus longtemps faible, trébuchant souvent et incapable de marcher avec persévérance dans les sentiers du Seigneur. Car c'est la Vérité qui nous affranchit de l'esclavage des convoitises (Jn.8:31-32): convoitise de la chair, convoitise des yeux, orgueil de la vie. La Bible le prouve: l'expérience des saints et notre propre expérience aussi. Quand il plut au Seigneur en août 1829 de m'amener à l'étude des Écritures, ma vie et ma conduite changèrent aussitôt. Depuis, je n'ai certainement pas été ce que j'aurais pu être, ce que j'aurais dû être, cependant par la grâce de Dieu, j'ai pu, bien mieux qu'avant, vivre près de lui.

Je veux encore ajouter ceci: «Si quelqu'un comprend difficilement la Bible, il doit la lire beaucoup; car la lecture fréquente des Écritures fait que nous y trouvons nos délices ; plus nous les lisons, plus nous aimons les lire. Et même si mon lecteur n'avait pas encore la foi, je lui dirais de lire la Bible avec sérieux. Mais qu'il demande d'abord à Dieu de le bénir, car Dieu peut le rendre «sage à salut» 2Ti.3:15-17

J'ai compris que Satan cherche habituellement à nous tenter, en nous faisant abandonner la lecture de la Parole et la prière lorsque nous avons perdu notre joie; comme s'il était inutile de lire les Écritures lorsque nous n'en jouissions pas, inutile de prier lorsque nous n'avons pas l'esprit de prière. Si nous voulons que la Parole nous procure de la joie, nous devons contiuer à la lire, et il faut persévérer dans la prière si l'on veut obtenir un esprit de prière ; car moins nous lisons, moins nous désirons lire, et moins nous prions, moins nous désirons prier

Publié dans MEDITATION

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article