Le remède anti-fatigue

Publié le par Florymawit

Le remède anti-fatigue

P 

Lazare Hoche naquit à Versailles en 1768. Il s'engagea dans l'armée alors qu'il n'avait que seize ans et gravit rapidement les échelons de la hiérarchie militaire. Il était simple caporal des gardes françaises quand la Révolution éclata Il devint général de brigade, commandant de l'armée de Moselle en 1793, puis général de division l'année suivante. Il pacifia la Vendée et devint ministre de la Guerre en 1797, mais mourut lors d'une bataille en Prusse la même année. En effet, alors qu'il n'avait que 29 ans, il fut pris d'une maladie foudroyante qui allait l'emporter.

A son médecin, ce guerrier infatigable, qui avait pris pour devise : "Des faits et non des mots", disait :
- Donnez-moi un remède contre la fatigue, mais que ce remède ne soit pas le repos !

Actuellement, on parle plus que jamais de surmenage. Un excès d'activité, des rythmes de travail toujours plus rapides et le stress qui en résulte font de plus en plus de victimes. On voudrait y remédier par des remèdes appropriés, alors que, pour commencer, il est bien plus utile de prendre un temps de vrai repos. Et cela, même si la pharmacie nous propose des défatigants.

Je dois témoigner que, voici plus de quarante ans, j'ai connu un terrible choc de santé dû au surmenage. J'ai été contraint d'observer un mois de repos complet, tout en ayant à suivre un certain régime et à absorber quelques médicaments. Le Seigneur fit le reste en me rétablissant, et en m'apprenant à être un peu plus économe de mes forces.

L'anecdote que vous allez lire maintenant provient d'une tradition, et je ne peux aucunement garantir qu'elle soit authentique. Lorsque l'apôtre Jean était âgé et qu'il dirigeait l'église d' Ephèse (ville située actuellement en Turquie d'Asie), son passe-temps favori était d'élever des pigeons. Un jour, un ancien de l'église d'Ephèse passa devant chez lui en revenant de la chasse. Quand il vit Jean jouer avec un de ses oiseaux, il réprimanda le vieil apôtre, parce que, pensait-il, il perdait son temps d'une manière aussi frivole.
Jean regarda l'arc de cet ancien qui le critiquait et lui fit remarquer fraternellement qu'il avait détendu la corde.
- Oui, dit le chasseur, je détends toujours la corde de mon arc quand je ne m'en sers pas. Car si elle était toujours tendue, elle perdrait de son élasticité et ne servirait plus à grand chose.
- Et moi, dit Jean, je suis en train de détendre l'arc de mon esprit afin d'être mieux en mesure de décocher les flèches de la vérité divine quand l'occasion s'en présentera.

Dieu n'interdit pas des temps de repos, bien au contraire puisque Jésus dit un jour à ses disciples : Venez à l'écart dans un lieu désert, et reposez-vous un peu (Mc 6.31). Il ne condamne pas non plus de paisibles loisirs, source d'une vraie détente. De même que la corde de l'arc avait besoin d'être quelque peu détendue pour être ensuite plus efficace, de même en cette période de vacances, prenez du repos, une saine détente. Pas n'importe comment cependant; mais en plaçant le Seigneur à la première place de votre emploi du temps de cet été. Reposez-vous de toutes vos fatigues accumulées dans l'année, en vous déchargeant sur lui de tous vos soucis : Venez à moi, vous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos, vous dit-il (Mt 11.28). Un vrai repos : la paix de l'âme, la tranquillité de l'esprit, et le renouvellement des forces. Seul Jésus peut donner ce remède anti-fatigue.


Pasteur Lucien Clerc

Publié dans TEMOIGNAGE

Commenter cet article