Ne laissez jamais la peur d’échouer vous arrêter

Publié le par Florymawit

 

 

"Souviens-toi donc d’où tu es tombé, repens-toi, et pratique tes premières œuvres…" Apocalypse 2.5

A la question d’un journaliste : "Qu’est-ce que ça fait d’avoir échoué 1399 fois, avant de réussir à inventer l’ampoule électrique ?", Thomas Edison répondit : "Je n’ai pas échoué 1399 fois, j’ai simplement découvert 1399 manières de ne pas produire le courant électrique".


En réalité, si vous avez appris quelque chose à travers vos déconvenues, c’est que vous n’avez pas échoué. Dieu nous enseigne de plusieurs façons : à travers sa Parole, les conseils de nos mentors, les erreurs des autres, mais aussi à travers notre propre expérience, seul enseignant à donner la pratique, avant la leçon théorique.

Il y a des erreurs que Dieu vous a laissé commettre, afin que vous appreniez, et aussi afin que vous enseigniez la sagesse à vos proches et aux générations futures. John Maxwell dit que si l’échec vous a appris quelque chose, alors vous n’êtes pas entièrement perdant. Au lieu de vous laisser immobiliser par la peur d’échouer de nouveau, faites plutôt de vos échecs un tremplin vers vos succès futurs, en ne reproduisant pas les mêmes fautes. Tomber ou essuyer un échec n’est pas une tragédie. La plus grande tragédie, c’est de rester cloué au sol après. Voilà pourquoi Jésus a dit : "Souviens-toi donc d’où tu es tombé, repens-toi, et pratique tes premières œuvres" (Apocalypse 2.5).

Ne vous laissez pas paralyser par la peur d’échouer une nouvelle fois. Beaucoup de commentateurs critiquent le fait que Pierre n’ait pas eu suffisamment de foi pour marcher assez longtemps sur l’eau. Mais si vous y regardez de plus près, vous réaliserez que Pierre est le seul des disciples à avoir accompli, avec Jésus, des exploits qui semblaient impossibles.

Il est le seul à avoir osé quitter la barque de la routine, pour entrer dans une nouvelle dimension avec Dieu. Il semble avoir été le seul à en avoir eu assez de ramer dans la barque de l’endettement, de la maladie, de la pauvreté, de la religiosité, etc. Il désirait quelque chose de nouveau, un vent nouveau, parce qu’il savait que Dieu ne le destinait pas à nager à contre courant, toute son existence. Sachez qu’à chaque saison de votre vie, Dieu fait quelque chose de nouveau. A vous de savoir discerner que, lorsqu’une page se ferme, une autre s’ouvre. Si vous ne le savez pas, vous risquez, par peur de réessayer, de commettre l’erreur de demeurer au torrent de Kerith, alors que la provision divine se trouve désormais du côté de Sarepta (1Rois 17.5-9).

Une méditation pour aujourd’hui


Rire, c’est prendre le risque de paraître insensé
Pleurer, c’est prendre le risque de paraître sentimental
Montrer ses sentiments, c’est prendre le risque de montrer sa vulnérabilité
Parler de ses rêves, c’est prendre le risque d’essuyer les moqueries des autres
Vivre, c’est prendre le risque de mourir
Essayer, c’est prendre le risque d’échouer
Mais la plus grande tragédie dans la vie, c’est de ne rien risquer du tout.
Par Yvan Castanou

Publié dans Exhortations

Commenter cet article