PERSONNALITES PATHOLOGIQUES

Publié le par Florymawit

PERSONNALITE PATHOLOGIQUES

 1-Personnalité dyssociale (ou antisociale, ou psychopathique, ou sociopathique : classique déséquilibre mental)

A)  Epidémiologie :

-     3% des hommes, 1% des femmes

-     2 à 3% de la population générale.

-     Taux plus élevés en prison

B) Description clinique :

Ce trouble est encore appelé personnalité psychopathique ou sociopathique. Il correspond à la notion classique de « déséquilibre mental ». Il est caractérisé par les manifestations suivantes :

-     Indifférence froide envers les sentiments d’autrui,

-     Attitude irresponsable manifeste et persistante, mépris des normes, des règles et des contraintes sociales

-     Incapacité à maintenir durablement des relations

-     Très faible tolérance à la frustration et abaissement du seuil de décharge de l’agressivité,

-     Incapacité à éprouver de la culpabilité ou à tirer un enseignement des expériences, notamment des sanctions,

-     Tendance nette à blesser autrui.

Ce trouble peut s’accompagner d’une irritabilité persistance.

 

C) Evolution

-     Biographie faite de ruptures répétées avec des conséquences sur le plan de l’adaptation social : actes médico-légaux, incarcérations …les troubles s’amenuisent classiquement dans la seconde moitié de la vie.

-     Les principales complications psychiatriques sont les abus de substances. Le risque de décès est élevé (accident, suicide). Après 40 ans, peuvent apparaître des manifestations anxieuses et / ou dépressives. 

D)  Diagnostic différentiel :

-     Héboïdophrénie.

-     Personnalité borderline, schizoïde, histrionique chez l’homme quand la mythomanie est au 1er plan.

-     Délinquance simple ne présentant pas les critères de la sociopathie (car inséré dans son groupe social)

 

 2-Personnalité borderline (ou personnalité ‘’limite’’)

A) Epidémiologie :

-     2% de la générale,

-     10% des populations en psychiatrie

-     20% des patients hospitalisés en psychiatrie 

B) Description clinique

Polymorphisme important des manifestations cliniques, aucune n’étant spécifique (elles peuvent emprunter des symptômes aux autres personnalités pathologiques).

Selon la CIM-10, la personnalité émotionnelle labile comprend deux types cliniques : le type impulsif et le type borderline ou limite marqué de plus par une perturbation de l’image de soi, des incertitudes concernant les objectifs, les valeurs, les préférences personnelles et un sentiment souvent envahissant de vide.

Les principales caractéristiques de la personnalité impulsive sont :

-     L’instabilité émotionnelle et le manque de contrôle des impulsions

Les principales caractéristiques de la personnalité borderline sont, en autre :

-     La perturbation de l’image de soi

-     L’incertitude concernant les objectifs, les préférences, les choix, les valeurs

-     Le sentiment envahissant de vide

Une tendance à s’engager dans les relations intenses et instables conduit fréquemment à des crises émotionnelles ne peut s’associer à des efforts démesurés pour éviter les abandons et des menaces répétées de suicide ou des gestes auto-agressifs

 

C) Evolution

-     Chaotique marquée par les conséquences de l’impulsivité (addiction, prise de risques…)

-     Actes médico-légaux parfois

-     Tentatives de suicide

-     Attaque de panique avec déréalisation (état crépusculaire).

-     Episodes hallucinatoires brefs.

-     Dépression

 

D) Diagnostic différentiel

-     Trouble de l’humeur sans trouble de la personnalité (se méfier des diagnostics hâtifs).

-     Les autres troubles de la personnalité dont la personnalité antisociale, la personnalité narcissique, histrionique…

 

 3-Personnalité histrionique :

A) Epidémiologie

-     2 à 3% de la population générale

-     10 à 15% des consultations en psychiatrie.

B) Description clinique

-     Dramatisation, théâtralisme, hyper expressivité émotionnelle

-     Suggestibilité

-     Affectivité superficielle et labile,

-     Désir permanent de distractions et d’activités où le sujet est le centre d’attention d’autrui

-     Aspect ou comportement de séduction inappropriée,

-     Préoccupation excessive par le souci de plaire physiquement.

Le trouble peut s’accompagner d’un égocentrisme, d’une indulgence excessive envers soi-même, d’un désir permanent d’être apprécié, d’une tendance à être facilement blessé et d’un comportement manipulateur persistant visant à satisfaire ses propres besoins.

C) Evolution

Variable : soit atténuation des traits avec âge au bénéfice d’activités gratifiantes (œuvres caritatives, bénévolat…), soit évolution marquée par le risque d’addiction, de dépression…

D) Diagnostic différentiel :

-     Personnalité narcissique

-     Personnalité borderline

 

 4-Personnalité obsessionnelle-compulsive ou anankastique :

A) Epidémiologie :

-     1% de la population générale.

-     3 à 10% des consultations en psychiatrie.

B) Description clinique

Synthèse de différents concepts dont :

-     La personnalité psychasthénique de P. Janet (doutes, ruminations, prévalence de la vie intellectuelle sur les réalisations pragmatiques)

-     La personnalité compulsive marquée par la vérification, la ritualisation et la parcimonie, avec un goût prononcé pour l’ordre.

La personnalité obsessionnelle-compulsive se traduit principalement par :

-      Indécision, doutes et prudence excessive,

-     Préoccupation par les détails, les règles, les inventaires, l’ordre, l’organisation, les programmes,

-     Perfectionnisme qui entrave l’achèvement des tâches,

-     Scrupulosité extrême, méticulosité et souci excessif de la productivité aux dépens de son propre plaisir et des relations interpersonnelles,

-     Discours recherché et attitude excessivement conformiste,

-     Rigidité et entêtement,

-     Insistance pour que les autres se conforment exactement à sa propre manière de faire ou réticence déraisonnable pour laisser les autres faire quoi que ce soit.

C) Evolution

-     Personnalité stable avec pauvreté des investissements sociaux.

-     Complications dépressives, hypochondriaques, anxieuses, symptômes obsessionnels avec intrusion de pensées et d’impulsions importunes s’imposant au sujet.

D) Diagnostic différentiel

-     Trouble obsessionnel, mais, dans ce cas, présence prédominante d’idées obsédantes et de compulsions.

-     Personnalité psychotique (paranoïaque ou schizoïde)

 

 5-La personnalité évitante (ou personnalité anxieuse)

Elle se caractérise par : 

-     Un sentiment envahissant et persistant de tension et d’appréhension,

-     Une perception de soi comme socialement incompétent, sans attrait, inférieur,

-     Une préoccupation excessive par la crainte d’être critiqué, rejeté,

-     Un refus der nouer des relations à moins d’être certain, d’être accepté sans critique,

-     Une restriction du style de vie résultant du besoin de sécurité,

-     Un évitement des activités sociales ou professionnelles impliquant des contacts avec autrui de peur d’être critique, rejeté.

La question des limites diagnostiques entre l’anxiété normale, la timidité, la personnalité évitante et la phobie sociale est toujours débattue.

 

 6-La personnalité dépendante :

On rappelle que la classique personnalité histrionique regroupait les traits histrioniques et les traits passifs-dépendants de personnalité.

La personnalité dépendante se caractérise surtout par :

-     Le fait d’autoriser ou d’encourager autrui à prendre la plupart des décisions importantes à sa place,

-     La subordination de ses propres besoins à ceux des personnes dont on dépend,

-     La réticence à formuler des demandes – mêmes justifiées – aux personnes dont on dépend

-     Un sentiment de malaise ou d’impuissance quand le sujet est seul de peur de ne pouvoir se prendre en charge.

-     La préoccupation par la peur d’être abandonné,

-     

Une capacité réduite à prendre des décisions sans être rassuré ou conseillé de manière excessive par autrui

Cours du counselling pastoral FTS

Publié dans Enseignements

Commenter cet article