Pour lutter contre la peur

Publié le par Florymawit

.

 

 

Commençons par lire le passage de Mattieu 11 v 1 à 5 :

 

« Lorsque Jésus eut achevé de donner ses instructions à ses douze disciples, il partit de là, pour enseigner et prêcher dans les villes du pays.

Jean, ayant entendu parler dans sa prison des oeuvres du Christ, lui fit dire par ses disciples:

Es-tu celui qui doit venir, ou devons-nous en attendre un autre?

Jésus leur répondit: Allez rapporter à Jean ce que vous entendez et ce que vous voyez:

les aveugles voient, les boiteux marchent, les lépreux sont purifiés, les sourds entendent, les morts ressuscitent, et la bonne nouvelle est annoncée aux pauvres.

Heureux celui pour qui je ne serai pas une occasion de chute! »

 

 

Ici nous voyons que Christ n'a pas tergiversé avec Jean le Baptiste. Il a simplement renvoyé les disciples avec des arguments plus lourds que leur propre réflexion avec comme credo : « Allez simplement lui dire ce que je fais ».

Car les actes que Je pose sont plus lourds que tt les pensées que vous pouvez avoir.

Comprenons bien que dans le domaine de l’évangélisation, il ne s'agit pas de nous, mais des actes de Dieu.

Il ne s’agit pas non plus de notre philosophie ou bien de notre sagesse mais de Dieu.

 

De la même manière que les disciples sont retournés vers Jean le Baptiste pour lui dire ce que le Messie faisait, nous devons aussi dire tous simplement aux personnes ce que Dieu fait. 

Ne cherchons pas trop à les faire réfléchir.

C’est dans cet ordre d'idée que nous allons rentrer.

En effet, la proclamation ne consiste pas en ce que nous faisons, mais dans ce que Dieu fait.

 

Il y a des domaines dans lesquels Dieu a déjà agit, et nous pouvons le voir quand nous plongeons nos regards dans la Bible. 

 

La peur

 

 

Nous allons commencer par la peur.

C’est elle qui emmène nos collègues de travail à se marcher les uns sur les autres. Or Dieu nous dit: "Dites leur n'ayez plus peur".                                                                                          La peur est le premier sentiment qu’a ressenti Adam.

Nous pouvons le vérifier dans Genèse 3 v 8-10 :

 

« Alors ils entendirent la voix de l'Éternel Dieu, qui parcourait le jardin vers le soir, et l'homme et sa femme se cachèrent loin de la face de l'Éternel Dieu, au milieu des arbres du jardin.

Mais l'Éternel Dieu appela l'homme, et lui dit: Où es-tu?

Il répondit: J'ai entendu ta voix dans le jardin, et j'ai eu peur, parce que je suis nu, et je me suis caché. »

 

Ici, Dieu pose la question a Adam et Eve un qu’il nous réserve a tous: Ou es tu?

Il ne le fait pas parce qu'Il l'ignore mais parce que tous les hommes ont la responsabilité de savoir où ils se trouvent par rapport au Roi des Rois. Chacun doit être capable de mesurer  à quel distance ils se trouvent de notre Père. .

En réalité, La peur est la résultante du péché. C'est le fait d'être dans situation du péché qui justifie notre état d'inquiétude et de peur.

Pour ceux qui sont en Christ, il n'est pas normal qu'ils ressentent la peur.

 

Sachez que la peur n'est pas un état innée, ni définitif. L'homme a peur car Adam a voulu être indépendant de Celui qui sécurisait son identité : Dieu. Il a donc fini par avoir peur

Il a eu peur des choses qu'il avait dominées.

C’est seulement quand nous sommes de nouveau reconnectés à Christ, que nous pouvons les dominer.

 

La peur est a la source des complexe d'infériorité ou de supériorité, d'orgueil qui nous empêche de voir les choses telle quelles sont en vérité.

 

Prenons l’exemple d’Agar dans Genèse 21 v 14 à 19.

 

« Abraham se leva de bon matin; il prit du pain et une outre d'eau, qu'il donna à Agar et plaça sur son épaule; il lui remit aussi l'enfant, et la renvoya. Elle s'en alla, et s'égara dans le désert de Beer Schéba.

Quand l'eau de l'outre fut épuisée, elle laissa l'enfant sous un des arbrisseaux,

et alla s'asseoir vis-à-vis, à une portée d'arc; car elle disait: Que je ne voie pas mourir mon enfant! Elle s'assit donc vis-à-vis de lui, éleva la voix et pleura.

Dieu entendit la voix de l'enfant; et l'ange de Dieu appela du ciel Agar, et lui dit: Qu'as-tu, Agar? Ne crains point, car Dieu a entendu la voix de l'enfant dans le lieu où il est.

Lève-toi, prends l'enfant, saisis-le de ta main; car je ferai de lui une grande nation.

Et Dieu lui ouvrit les yeux, et elle vit un puits d'eau; elle alla remplir d'eau l'outre, et donna à boire à l'enfant »

 

Son fils allait mourir car il n'y avait pas d'eau.

Mais parce qu’Agar a tellement peur de la mort de son fils,  elle n'a pas pu voir le puits.

Il a fallu que l'Ange de l'Eternel commence par dire a Agar : «  Ne craint point ». Et c'est seulement ensuite qu'Agar a pu voir le puits.

 

Quand la peur est désactivée, nos yeux s'ouvrent.

Ns voulons avoir un regard prophétique, cessons d'avoir peur.

Car le prophétique est ce qui permet de voir loin. Il permet de voir les actes que Dieu s’apprête à poser.

 

Néanmoins, je crois que la peur existe dans nos cœurs pour un but. Car en vérité il y a des gens qui doivent ressentir de la crainte.

 

Lisons dans Exode 15 v 15 à 17 :

 

« Les chefs d'Édom s'épouvantent; Un tremblement saisit les guerriers de Moab; Tous les habitants de Canaan tombent en défaillance.

La crainte et la frayeur les surprendront; Par la grandeur de ton bras Ils deviendront muets comme une pierre, Jusqu'à ce que ton peuple soit passé, ô Éternel! Jusqu'à ce qu'il soit passé, Le peuple que tu as acquis.

Tu les amèneras et tu les établiras sur la montagne de ton héritage, Au lieu que tu as préparé pour ta demeure, ô Éternel! Au sanctuaire, Seigneur! que tes mains ont fondé.»

 

Dieu a une frayeur qui Lui appartient, et qu'Il inspire aux démons qui sont face a nous.

C'est le diable qui doit avoir peur ainsi que ses serviteurs.

 

Soyez benis

 

Amen

Jellil DO REGO

Publié dans PREDICATION

Commenter cet article