Qui défrichera pour Dieu ?

Publié le par Florymawit

Qui défrichera pour Dieu ?

 

 

Jusqu'en 1986, il existait une loi en Alaska qui stipulait à peu près ceci:

 

N'importe quelle personne, citoyenne du pays ou en passe de le devenir, qui pouvait prouver avoir habité sur une même parcelle de terre vierge, pendant au moins 14 mois, pouvait ensuite prétendre en devenir propriétaire à la condition qu'elle travaille sans interruption à la défricher et à la rendre viable pour l'agriculture et la vie humaine, pendant au moins 5 années de suite.

 

Cette loi promulguée en 1841, puis confirmée par Abraham Lincoln en 1862 pour tous les USA, offrait à quiconque désirait travailler et se donner du mal, la possibilité de devenir propriétaire terrien, développant ainsi sa richesse et son bien être familial, tout en participant à la création et au développement d'un pays nouveau.

 

Les terres étaient dures et sauvages, beaucoup y perdirent la vie. Mais par leur courage individuel, ces pionniers donnèrent son état d'esprit et sa destinée à toute une nation !

 

Que de parallèles avec les passages de l'Ecriture où Moïse envoya 12 espions vers la terre promise, pour savoir comment ils devraient la conquérir. (Nombres 13 & 14)

 

Seulement deux d'entre-eux (Josué & Caleb) revinrent avec des rapports positifs. Les autres rejetèrent l'offre de Dieu !

 

«Voici ce qu'ils racontèrent à Moïse: Nous sommes allés dans le pays où tu nous as envoyés. A la vérité, c'est un pays où coulent le lait et le miel, et en voici les fruits.

Mais le peuple qui habite ce pays est puissant, les villes sont fortifiées, très grandes; nous y avons vu des enfants d'Anak. ...Nous ne pouvons pas monter contre ce peuple, car il est plus fort que nous. Et ils décrièrent devant les enfants d'Israël le pays qu'ils avaient exploré. Ils dirent: Le pays que nous avons parcouru, pour l'explorer, est un pays qui dévore ses habitants; tous ceux que nous y avons vus sont des hommes d'une haute taille; et nous y avons vu les géants, enfants d'Anak, de la race des géants: nous étions à nos yeux et aux leurs comme des sauterelles.»

«Caleb fit taire le peuple, qui murmurait contre Moïse. Il dit: Montons, emparons-nous du pays, nous y serons vainqueurs!... Josué, fils de Nun, et Caleb, fils de Jephunné, déchirèrent leurs vêtements, et parlèrent ainsi à toute l'assemblée des enfants d'Israël: Le pays que nous avons parcouru, pour l'explorer, est un pays très bon, excellent. Si l'Eternel nous est favorable, il nous mènera dans ce pays, et nous le donnera: c'est un pays où coulent le lait et le miel. Seulement, ne soyez point rebelles contre l'Eternel, et ne craignez point les gens de ce pays, car ils nous serviront de pâture, ils n'ont plus d'ombrage pour les couvrir, l'Eternel est avec nous, ne les craignez point!»

Quelle fut la différence entre eux et le reste du groupe ?

 

Ils avaient foi en le fait que ce que Dieu promet, Il nous donne les moyens nécessaires pour le recevoir.

 

Ils n'arrêtèrent pas leurs regards aux difficultés, pourtant réelles, qu'ils avaient vues, mais crurent que Dieu les aiderait à les surmonter. Ils lui firent confiance.

Ils virent le potentiel qui était à leur portée, pour peu qu'ils s'en donnent la peine. Ils virent le pays avec les yeux de Dieu !

 

Winston Churchill, ancien Premier Ministre Anglais, dit un jour ceci: «Un pessimiste voit la difficulté dans chaque opportunité, un optimiste voit l'opportunité dans chaque difficulté»

 

Nous pourrions appliquer cette réflexion à ces hommes de l'Ecriture, selon qu'ils mirent ou non leur foi en pratique.

 

«Or la foi est une ferme assurance des choses qu'on espère, une démonstration de celles qu'on ne voit pas. Pour l'avoir possédée, les anciens ont obtenu un témoignage favorable...Or sans la foi il est impossible de Lui être agréable; car il faut que celui qui s'approche de Dieu croie que Dieu existe, et qu'il est le rémunérateur de ceux qui le cherchent» (Hébreux 11:1-2;6)

 

La terre promise par Dieu à son peuple, était habitée par des adversaires, prêts à se battre pour empêcher le peuple de prendre possession de son héritage.

 

Nous aussi, nous avons un adversaire qui s'acharne à nous empêcher d'entrer dans notre appel, dans le pays de la promesse de Dieu pour nos vies!

 

Dieu cherche des hommes et des femmes de foi, animés de courage, prêts à être des conquérants et à affronter l'opposition.

 

Si le Seigneur te demande d'accepter d'être un(e) pionnier(e) dans Son oeuvre, diras-tu OUI ? S'Il te donne la responsabilité d'être celui ou celle qui laborieusement et avec persévérance, défrichera le terrain, enlèvera les souches, les cailloux, le rendra cultivable et y sèmera pour que d'autres puissent un jour récolter, que lui répondras-tu ?

 

Oui, il est plus facile et gratifiant d'être celui ou celle qui récolte les gerbes aux yeux de tous, mais Dieu est Celui qui rétribue ses enfants selon leur fidélité et leur obéissance à Son appel ! Pas de récolte sans défricheurs ! Pas de larmes de joie sans d'abord des larmes de douleur ! Pas de victoire sans livrer combat !

 

Veux-tu être un(e) pionnier(e) pour Dieu et changer la destinée de ta génération ?

 

Qui acceptera, qui défrichera les coeurs pour Dieu ?

 

 

 

 

«Ceux qui sèment avec larmes Moissonneront avec chants d'allégresse.

Celui qui marche en pleurant, quand il porte la semence, Revient avec allégresse, quand il porte ses gerbes.»(Psaume 126:5-6)

Eric-Vincent Dufour

Publié dans Exhortations

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article