"RESCAPE DE L'ENFER"

Publié le par Florymawit

"RESCAPE DE L'ENFER"



Gloire, honneur, puissance, majesté et actions
de grâces soient rendues au Seigneur Jésus-
Christ pour le don gratuit du salut à mon âme !
Par la recherche de la vie facile, de la puissance
et du luxe, je suis tombé dans les filets du diable,
et je m'y suis emmêlé à tel point que je ne
pouvais, de mes propres forces, faire demi-tour.
Aujourd'hui, par la grâce bienveillante du Seigneur,
je me suis tourné vers Son admirable
lumière !


Comment rendrai-je à l'Eternel tous Ses bienfaits
envers moi ? (Psaume 116 : 12).
C'est ainsi que ma bouche ne se fermera point,
et que je proclamerai à haute voix tous Ses
hauts faits, « car mon âme s'est échappée comme
l'oiseau du filet de l'oiseleur ; le filet s'est rompu,
et nous nous sommes échappés » (Psaume 124 :7).


« Mais, comme il est écrit, ce sont des choses que
l'oeil n'a point vues, que l'oreille n'a point entendues,
et qui ne sont point montées au coeur de
l'homme, des choses que Dieu a préparées pour
ceux qui l'aiment » (1 Corinthiens 2 : 9).

   Né le 22 Septembre 1959, dans une mission catholique à MIKALAYI, au Kasaï Occidental (Zaïre), je suis le quatrième d'une famille de dix enfants, et je restai l'aîné des garçons après la mort de notre grand frère. Dix ans plus tard, en 1969, je reçus mon baptême à la paroisse Saint-Bruno à KANANGA, et je fus élevé dans la doctrine catholique avec un zèle ardent. Doux et pacifique, je commençai à servir la messe à l'église. Le Curé de notre paroisse nous enrôla ainsi, avec les enfants de mon âge, dans un mouvement appelé « Les Croisés ». Ce mouvement avait pour objectifs la vénération de la croix et le sacrifice dévoué envers la paroisse et la communauté. Après les « Croisés », je passai par les « Kiro » et les « Scouts », et je finis par être un acolyte zélé pour le service de la messe. Tout le monde faisait mention de mon caractère pacifique pour me proposer de devenir prêtre.

A la mort de mon grand frère, j'étais en 5°primaire. Cet événement suscita en moi une révolte psychique, car tout l'espoir que ma famille avait placé sur mon frère s'effondra. Je sentais grandir en moi de jour en jour un sentiment de vengeance, à cause de la mort de mon frère. Ce sentiment grandit de plus en plus avec le temps. A l'insu de mes parents, je me lançai dans la consultation des fétiches et de la magie pour gagner ma vie et découvrir l'auteur du meurtre de mon frère. Mais toutes mes démarches ne m'apportèrent aucune satisfaction. C'est ainsi que je consultai un devin, et que je me mis à parler avec les morts et les esprits en me cachant dans les WC. Mais cela ne me permit pas de découvrir l'objet de mes recherches. C'est de cette manière que j'ouvris une porte au diable qui me tendait un piège. J'y suis tombé, car le diable avait pu planter en moi l'une de ses semences : les SOUCIS.

témoignage de BAKAJIKA MUANA NKUBA

 







 


Publié dans TEMOIGNAGE

Commenter cet article