Une heureuse découverte :

Publié le par Florymawit

Une heureuse découverte :

 

Le mandat du Curé que nous avions connu expira. Deux autres Pères lui succédèrent. Je demeurais toujours un acolyte assidu, et j'étais bien compris. Puis nous accueillîmes un autre Curé. Il était d'origine italienne, et apparenté à un prêtre catholique que nous avions eu quelques années auparavant. En outre, il était l'un des neveux du Pape Paul VI. Il fut vite fasciné par mon caractère et s'intéressa tout particulièrement à ma personne. Il aimait me faire chercher pour s'entretenir avec moi des problèmes de ma vie, de mes projets d'avenir, etc.

C'était un homme géant de taille, hospitalier et bon. Mais derrière la taille imposante de ce prêtre se cachaient de très profonds mystères. Un dimanche, après la messe, il me donna rendez-vous chez lui à partir de 19 heures. Je fus ravi de me voir invité par le Père Curé, et je mis tout en oeuvre pour être ponctuel. Je savais que nos entretiens allaient porter sur les activités paroissiales. Mais les choses prirent ensuite une autre tournure. Nous soupâmes ensemble ce soir-là. Puis il engagea la conversation en ces termes :

« Parmi tous les jeunes de ton âge servant à la paroisse, je t'aime beaucoup. C'est la raison pour laquelle je t'ai appelé pour te parler de choses importantes, en vue d'orienter ta vie. Mais je me suis aperçu que ta vie était en danger, et c'est ce qui m'a poussé à t'appeler pour te prévenir. Ton grand frère a été tué par neuf personnes de ta famille, tous sorciers, et à présent ils s'acharnent contre toi. Je veux en conséquence t'en préserver.»

Il me cita leurs noms. Je fus convaincu de la véracité de ses paroles, car certaines de ces neuf personnes vivaient dans d'autres régions du pays, et le Curé ne les connaissait pas. Je dévisageai avec avidité la figure basanée du Curé. Mon but était enfin atteint ! J'étais heureux de découvrir ce que je cherchais, et je connaissais à présent les meurtriers de mon frère ! Mais un nouveau problème se présentait : j'étais en danger de mort. Que faire pour me protéger ? Telle fut la question que je posai au Curé.

Après un temps de réflexion. Il me répondit que la chose n'était pas grave, qu'il avait tous les moyens nécessaires pour me sauver, mais que c'était une question de discrétion. Je lui jurai fidélité et discrétion. Séance tenante,il me remit un petit carton de 10 cm sur 6 cm, dont le recto représentait un jeune garçon richement vêtu. Sous cette image figurait l'inscription : Prière à l'Enfant Jésus de Prague.

Au verso était imprimée une prière, en trois séquences. Je devais la réciter chaque matin à mon lever, et chaque soir à mon coucher, en formulant l'intention d'être protégé. Cela devait me donner la garantie d'une sécurité tant spirituelle que physique. J'accordai une considération toute particulière à la personne du Curé. Je voyais en lui un homme qui parlait avec Dieu. J'avais douze ans à l'époque où je fus introduit dans tous ces mystères, et j'étais élève de 6° année primaire.


Quelques jours plus tard, le Curé m'indiqua que je pouvais utiliser cette prière pour mes études, de la manière suivante : je devais inscrire les noms de tous les élèves de ma classe sur une liste, en attribuant à chacun la note de mon choix. En récitant ensuite la prière sur la liste ainsi établie, je fixais le classement des élèves. Lors de la proclamation des résultats, c'était comme si le maître lisait le papier que j'avais rédigé à l'avance. C'est ainsi que j'obtins toujours les places de mon choix. J'invite donc les parents chrétiens à beaucoup prier pour leurs enfants qui vont à l'école. Peut être sont-ils intelligents, mais ne parviennent-ils pas à obtenir de bonnes notes. Au lieu de vous en prendre à eux, priez plutôt pour eux, car vous ne savez pas à quelle puissance diabolique ils peuvent être soumis. La prière est la plus grande puissance sur cette terre. Je me réjouissais beaucoup de cette merveilleuse découverte, que le Curé appelait : la seule véritable forme de la magie.

Lorsque je l'entendis prononcer le mot MAGIE, je désirai en savoir plus, car je croyais que c'était Dieu qui agissait ainsi en notre faveur. Il me dit simplement de le laisser faire, pour que je découvre le secret de la vie facile. Voici dans quels liens je me trouvai empêtré. Je croyais que c'était Dieu qui donnait la seule véritable forme de la magie, que c'était Lui qui révélait les secrets, qui donnait la réussite dans toutes les entreprises humaines, et qui le faisait GRATUITEMENT, parce qu'Il aimait les fils des hommes.

Temoignage de Bakajika

 

Publié dans TEMOIGNAGE

Commenter cet article