ZACHEE

Publié le par Florymawit

ZACHEE

Nous lisons dans l'Evangile selon Luc, chapitre 19 :

Jésus entra dans Jéricho, et traversa la ville. Il y avait un homme appelé Zachée : c’était un chef de publicains, et il était riche ; il cherchait à voir Jésus, qui il était ; mais il ne le pouvait, à cause de la foule, car il était de petite taille.
Il courut en avant, monta sur un sycomore pour voir Jésus ; car il allait passer là. Quand Jésus fut venu à cet endroit,  il leva les yeux, le vit, et lui dit :
« Zachée, descends vite ; car il faut que je demeure aujourd’hui dans ta maison. »
Vite, il descendit et le reçut avec joie.
Voyant cela, tous murmuraient et disaient qu’il était entré chez un pécheur pour y loger.
Zachée, debout, dit au Seigneur :
« Voici, Seigneur, je donne la moitié de mes biens aux pauvres ; et si j’ai fait tort à quelqu’un par une fausse accusation, je lui rends le quadruple ».
Jésus lui dit :
« Aujourd’hui le salut est venu pour cette maison, vu que lui aussi est fils d’Abraham ; car le Fils de l’homme est venu chercher et sauver ce qui était perdu ».


Le publicain (ou péager) était un collecteur d’impôts opérant pour leur compte de l’occupant romain, malgré son origine juive. Soupçonnés de malversations et souvent considérés comme trahissant leur compatriotes, les publicains étaient méprisés et assimilés dans l’opinion à des pécheurs notoires qui ne tenaient pas compte de la loi de Moïse.
Tel était Zachée : il était chef des publicains, et il était riche.
Sachant que Jésus traversait la ville de Jéricho, il désirait le voir, mais sa petite taille et la foule qui l’entourait l’en empêchaient. Ne s’occupant pas du qu’en dira-t-on, il court pour devancer la foule et escalade un sycomore. Imaginez-vous un homme probablement connu dans sa ville, et d’un rang social certain, courir pour devancer les autres et grimper dans un arbre ? C’est qu’il désirait vraiment le voir, ce Jésus, même s'il devait être la risée des autres !

Ami, avez-vous le désir de connaître Jésus ? Comme Zachée, ne vous préoccupez pas de votre incapacité naturelle, ni de ce que penseront les autres, ni des formes d’une religion qui, comme cette foule, empêche de voir Jésus tel qu’il est. Qui que vous soyez, petit ou de belle stature, jeune ou âgé, quelle que soit votre position sociale, venez à Jésus sans crainte : il vous aime ; où que vous soyez, il vous voit comme il vit Zachée dans l’arbre, il connaît vos besoins et votre désir. Il vous appelle par votre nom et vous dit : « Descends vite, car il faut que je demeure aujourd’hui dans ton cœur ».
Allez-vous descendre (du piédestal de votre orgueil) et recevoir votre Sauveur avec joie ?

« Voici, je me tiens à la porte et je frappe, dit-il encore aujourd’hui ;si quelqu’un entend ma voix et qu’il ouvre la porte, j’entrerai chez lui et je souperai avec lui, et lui avec moi. » (Apocalypse 3 v.20)

Voyant Jésus entrer dans la maison de Zachée, tous murmuraient et disaient qu’il était entré chez un pécheur pour y loger. Mais où Jésus aurait-il pu entrer ailleurs que chez un pécheur, puisque« tous ont péchés » (Romains 3 v.23) ? Ceux qui murmuraient se croyaient-ils justes, eux ? Dans ce cas, ils n’avaient pas besoin d’un Sauveur. Ce ne sont pas ceux qui sont en bonne santé qui ont besoin de médecin, mais ceux qui se portent mal ; Jésus n’est pas venu appeler des justes, mais des pécheurs(Marc 2 v.17). Vous qui, peut-être, voyez le péché chez les autres et qui considérez ne rien avoir à vous reprocher, vous ne pouvez pas réaliser votre besoin d’être sauvé et vous resterez alors, malgré la bonne opinion que vous avez de vous-même, dans vos fautes et vos péchés.

Zachée dit à Jésus : « Voici, Seigneur, je donne la moitié de mes biens aux pauvres ; et si j’ai fait tort à quelqu’un par une fausse accusation, je lui rends le quadruple ». Cela devait être la vérité, car on ne peut pas mentir au Seigneur qui connaît toutes choses, même les plus secrètes. Donner la moitié de ses biens aux pauvres et rendre le quadruple à ceux à qui il a fait tort est tout à fait bien et honorable pour Zachée, mais ni ses bonnes œuvres, ni son honorabilité ne peuvent lui apporter le salut dont il a besoin. Aussi Jésus ne le laisse pas continuer et lui dit :« Aujourd’hui, le salut est venu pour cette maison… car le Fils de l’homme est venu chercher et sauver ce qui était perdu ».

Jésus dépasse de beaucoup ce que Zachée attendait. Il cherchait simplement à le voir et il reçoit chez lui le salut que seul le Fils de Dieu peut apporter aux pécheurs.

Ami, venez maintenant à Jésus par la foi, et vous recevrez bien plus que ce que vous pourriez espérer. Non seulement il vous pardonnera vos péchés, mais il viendra habiter chez vous par son Esprit et vous aurez la vie éternelle, une espérance ineffable et glorieuse, celle d’habiter un jour et pour l’éternité avec lui dans son ciel.

 

 


Jésus frappe à votre porte :
Ouvrez-lui, ouvrez aujourd’hui !
C’est le salut qu’il apporte :
Ouvrez-lui, ouvrez aujourd’hui !
Il vient vous offrir sa grâce ;
Chez vous il veut prendre place.
Le temps presse, le temps passe ;
Ouvrez-lui, ouvrez aujourd’hui !

(Hymnes et cantiques 25

 

Publié dans MEDITATION

Commenter cet article