Hénoch... avait reçu le témoignage

Hénoch... avait reçu le témoignage

Hénoch... avait reçu le témoignage qu'il avait été agréable à Dieu.” (Hébreux 11-5)..

 Dans le film Cool Runings (en France Rasta Rockett, au Québec Les apprentis champions), l’équipe jamaïcaine de bobsleigh est tellement obnubilée par l’obtention d’une médaille olympique qu’elle considère que tous les efforts de l’entraînement ne servent à rien s’ils ne garantissent pas la médaille le jour de la compétition. La joie, la camaraderie, le plaisir de progresser ne comptent pour rien à côté de cette rondelle de métal qui pend au bout d’un ruban de couleur ! Leur entraîneur, un colosse de 180 kilos qui, vingt ans auparavant, a gagné une médaille olympique en bobsleigh et qui depuis n’a plus rien fait de valable de sa vie, leur déclare : “Si votre vie ne vous suffit pas tant que vous n’avez pas obtenu une médaille d’or, alors elle ne vous suffira pas non plus après l’avoir obtenue !”.. Jésus a souvent parlé de récompenses. Mais la course aux trophées risque de nous blesser si nous les recherchons pour de mauvaises raisons. Un trophée ne constitue pas la réussite en elle-même, ne représente pas les progrès de l’apprentissage, les muscles endurcis par les heures d’efforts, ni le courage ou l’endurance de chaque jour. Ce n’est qu’un symbole de réussite, une preuve externe de notre valeur intérieure. Au mieux, les trophées que nous avons accumulés nous aident à nous rappeler combien nous devons être reconnaissants envers Dieu pour ces victoires, nous encourageant à aller de l’avant. Au pire ils deviennent de véritables idoles et donnent de nous une image fausse et exagérée. Ils risquent alors de nous procurer un plaisir malsain, car il ne durera pas aussi longtemps que nous le voudrions... Dans le livre de l’Apocalypse nous voyons les 24 anciens qui “se prosternent devant Celui qui vit à tout jamais et jettent leurs couronnes devant le trône, en disant : Tu es digne, notre Seigneur, notre Dieu...” (Apocalypse 4.10-11). Si vous donnez toute la gloire à Dieu, vos réussites seront source d’intense joie, tandis que si vous vous en attribuez le mérite, vos trophées perdront vite de leur brillant et deviendront des fardeaux. Considérez le témoignage d’Hénoch : son plus beau trophée est d’avoir “été agréable à Dieu” !..

 *Bob Gass*