La prière d'un aigri

peinePrière d’un aigri

 

 
Seigneur, me voilà à la fin de ma vie.

En tout cas, c’est moi qui le pense.

Mon avenir est plutôt derrière moi.

 Je n’ai pas réussi mon parcours, et il ne sera pas meilleur demain.

J’aurais pu être devant les autres en jouant des coudes.

Et même en écrasant sur mon passage.

 Je me suis contenté d’être honnête, sans être rempli de ma personne. 

Alors, évidemment, je ne suis pas allé très loin.

Je suis toujours resté à la même place.

 Mais, Seigneur, je suis un peu déçu, de voir passer avant moi, tous ces jeunes loups aux dents longues.

Ils arriveront eux, car ils ne s’embarrassent pas de la méthode et de la façon.

 À présent, l’affaire est réglée, je ne grimperai pas plus haut.

J’ai commencé à être jaloux de ceux qui ont eu de la chance.

Je leur en veux, parce qu’ils sont nés à une époque plus facile que la mienne.

 
Nous, on a dû trimer, galérer, commencer très tôt à travailler.

Et je n’en finis pas de vieillir, dans l’amertume et la rancœur.
Mais, c’est bien triste de devenir un vieux, amer et aigri.

 
Alors, Seigneur, je voudrai te demander de m’aider.
Je voudrai continuer ma vie plus calmement, plus dignement.

Parce que ce n’est pas dans la nature humaine que tu as créée de réagir ainsi.

Rien ne nous est promis, rien ne nous est dû.
 

Quand on débute dans l’existence, on croit que tout va se dérouler comme on l’a prévu.

Et puis, à mesure que passent les années, on s’aperçoit qu’il y a une grande part de rêve, de rêverie, de roman.

 Seigneur, il est bien plus sage de ne pas compter sur ses propres forces.
On n’est pas seul au monde, et maître de sa destinée.
 
Alors, Seigneur, me voilà dépendant de ta grâce.
Je mets mes capacités à ta disposition.

Si elles sont bien employées, elles changeront mon caractère, ma mentalité, ma façon de voir et d’être.

Je suis responsable de ce que je peux devenir. Bien sûr avec ton aide Seigneur.


Source : L temps pour prier

Par ETIENNE THOLOZAN