Dieu a voulu le sexe

Publié le par Florymawit

 

 

Saviez-vous que le sexe est l'un des premiers sujets abordés par Dieu dans la Bible ? La genèse raconte les origines de l'homme et de sa relation avec Dieu. Le livre nous dit que Dieu, sciemment, a fait l'être humain sexué (mâle et femelle) et qu'il a voulu que le sexe soit apprécié par l'homme comme par la femme : "Il (Dieu) les créa homme et femme. Dieu les bénit en disant 'Soyez féconds, multipliez-vous' ... Dieu considéra tout ce qu'il avait créé et trouva tout cela très bon" (Gen.ch.2 versets 27 à 31). Et ce n'est pas seulement pour faire des bébés ! On voit dans d'autres passages que c'est aussi pour procurer du plaisir à l'homme et à la femme. En voici des exemples :

    - « Jouis de la femme de ta jeunesse, biche amoureuse et gracieuse gazelle. Que ses seins te comblent en tout temps. Enivre-toi toujours de son amour. Pourquoi t'enivrerais-tu, mon fils, d'une dévergondée et embrasserais-tu le sein d'une étrangère ? » (Livre des Proverbes ch.5 v.18-20)
    - « Si un homme est nouvellement marié, il ne partira pas à l'armée ; on ne viendra chez lui pour aucune affaire ; il sera exempté de tout pour être à la maison pendant un an et il fera la joie de la femme qu'il a épousée » (Deutéronome ch.24 v.5)
    - « Qu'il me baise des baisers de sa bouche, car ses caresses sont meilleures que du vin... que sa main gauche (de mon bien-aimé) soit sous ma tête et que sa droite m'embrasse (ou m'enlace, me caresse)... » (Cantique des cantiques)
    - « ne vous refusez pas l'un à l'autre (mari et femme), sauf d'un commun accord et temporairement, afin de vous consacrer à la prière » (Première Épître de St Paul aux Corinthiens ch.7 v.5)
 

Première constatation : La Bible n'hésite pas à aborder le sujet du sexe, parce que c'est Dieu qui nous a créés sexués. Au travers de ce qui est écrit, nous pouvons voir qu'il souhaite que l'homme et la femme vivent les relations sexuelles comme quelque chose de fort, de beau et d'épanouissant. C'est tout le contraire de l'imagerie que les temps passés ont véhiculée et à laquelle nous nous référons encore pour la rejeter. Et nous avons raison de la refuser, car elle est fausse et ne vient pas de la Bible !

Il est vraiment malheureux que nos ancêtres aient faussement utilisé cette dernière pour imposer un tabou qui n'a rien à voir avec les projets de Dieu pour le sexe. Une lecture un peu attentive des textes montre tout de suite que les mots « chair » et « charnel » de la Bible - employés à tort dans le passé pour condamner la sexualité - désignent en réalité un principe de mal (opposé à l'Esprit) (Épître de St Paul aux Galates ch.5 v. 19-22 : « les oeuvres de la chair sont évidentes : ce sont la débauche, l'impureté, le libertinage, l'idolâtrie, la magie, les rivalités, les querelles, les jalousies, les dispute, les divisions, l'envie, l'ivrognerie, les excès de table... Mais le fruit de l'Esprit, c'est l'amour, la joie, la paix, la patience, la bonté, la miséricorde, la foi, la douceur, la maîtrise de soi »).

Comme dans d'autres civilisations, les autorités du monde occidental se sont servies de Dieu pour garder le peuple dans la crainte et la soumission. L'Église est en grande partie responsable de ce dommage. En tant que chrétiens, nous ne pouvons que le déplorer et demander pardon à tous ceux et celles que cette fausse conception de la vie a blessés et induits en erreur par rapport aux désirs de Dieu pour eux.  

Dieu et le sexe : comment ça marche


Oui, Dieu souhaite qu'on vive les relations sexuelles comme quelque chose de fort, de beau, et d'épanouissant. Mais qu'est-ce que l'acte sexuel ? Comment doit-il se vivre pour qu'il soit épanouissant ? Est-ce que la Bible en parle ? À votre avis ?

Eh bien la réponse est oui, mais... à sa manière. Le but de la Bible n'est pas d'être un traité de science, nous expliquant en détail la biologie de la sexualité. Elle n'est pas non plus conçue comme une encyclopédie où il suffirait d'aller à l'article concerné pour trouver les réponses. En fait, chacun des livres de la Bible parle du sujet, d'une façon ou d'une autre. Et il y a un point commun. Il en est question avant tout comme d'un acte dans son essence première : une relation d'amour total, qui engage l'être tout entier. C'est là le message de Dieu sur le sexe.

 

Nous pouvons lire par exemple, sous la plume de l'apôtre Paul, dans un passage consacré au sexe, cette phrase surprenante :  « Ne savez-vous pas que celui qui s'unit à la prostituée ne fait avec elle qu'un seul corps (c'est-à-dire bibliquement, un seul être)?» (1ère lettre aux Corinthiens ch. 6 v.16).

Que veut-il dire par là ? Tout simplement que l'être humain forme un tout indissociable, bien qu'on puisse voir en lui 2 ou 3 parties (le corps, l'âme/l'esprit -c'est-à-dire la personnalité -). Du reste, nous savons bien aujourd'hui que se comporter physiquement de telle ou telle manière reflète ce qui se joue à l'intérieur de soi. Mais réciproquement, ce que notre corps fait ou perçoit influe aussi directement sur notre caractère, nos émotions. Cela est moins bien connu du grand public. Ce que le texte biblique nous enseigne, c'est qu'on ne peut dissocier l'acte sexuel de ce qui se joue dans notre personnalité. On ne peut pas "faire l'amour" avec quelqu'un de l'autre sexe, sans qu'en réalité notre être tout entier soit impliqué.  

Il n'y a pas d'activité physique qui soit plus intime, qui nous rende plus vulnérable, qui engage plus la totalité de notre personne. Car ce n'est pas qu'une pulsion physique à assouvir, c'est avant tout un acte d'amour. Qui a un peu d'intelligence et de cœur sait très bien qu'on ne joue pas avec l'amour. On ne joue pas avec le cœur de l'autre ni avec son propre cœur. La 1ère personne à laquelle on se donne sexuellement laisse en nous une empreinte indélébile. On y laisse beaucoup plus que notre virginité parce que cet acte n'est jamais neutre, même à la xème fois. Il engage tout l'être et il n'y a pas de retour en arrière possible.

Spirituellement, c'est aussi vrai. Le saviez-vous ? L'apôtre Paul dit que c'est là quelque chose qui nous échappe et nous dépasse, dont on ne peut pas totalement saisir le sens, mais qui est réel (Lettre aux Ephésiens ch. 5 versets 25 à 33). Nous sommes un tout, indissociable. Se permettre de tricher avec la sexualité amène inéluctablement à tricher dans d'autres domaines de la vie. La sexualité fonctionne en quelque sorte comme une porte, soit au respect et à la franchise, soit au mensonge et à l'égoïsme. Le sexe est une porte qui peut ouvrir à la présence de Dieu si le couple s'aime de façon saine ou, dans le cas contraire, empêcher cette présence. « Maris, montrez à votre tour de la sagesse dans vos rapports avec votre femme... honorez-là... afin que rien ne vienne faire obstacle à vos prières » (1 Pierre ch.3 v . 7). « Que le mariage soit honoré de tous et le lit conjugal exempt de souillure, car Dieu jugera les débauchés et les adultères » (Hébreux ch.13 v.4). 

Le sexe manifeste l'union d'amour de deux personnes

Dieu nous dit aussi que s'unir sexuellement à son conjoint, c'est manifester corporellement qu'on se livre entièrement, sans barrière, ni émotionnelle, ni mentale, ni spirituelle. La Bible utilise en effet le mot « connaître » pour notre expression « faire l'amour ».

"Connaître" est un mot très fort dans la Bible qui ne signifie pas seulement savoir des choses intellectuellement. "Connaître", c'est offrir à l'autre sa vulnérabilité, sans rien cacher de soi, de son passé ou de son présent, de ses pensées ou de ses actes, pour trouver dans les bras de l'autre la sécurité d'un amour inconditionnel. C'est donner tout son être à l'autre et l'accueillir en retour, tel qu'il(elle) est, sans rien critiquer, ou rejeter, ou vouloir faire changer. C'est manifester en acte une réalité présente entre les deux personnalités des conjoints.
 
Le sexe implique l'être tout entier

Cela montre la force de l'intimité qu'il doit y avoir entre deux êtres pour qu'ils s'unissent sexuellement. C'est l'expression d'une réalité et d'un désir : vouloir connaître l'autre jusque dans son intimité la plus profonde. Être uni à lui au point que je suis en lui et lui en moi. Jésus utilise le même mot pour dire que Dieu nous connaît et veut se faire connaître de nous, c'est-à-dire qu'il nous appelle à avoir une relation d'amour inconditionnel avec lui (évidemment non physique).

 
Voilà la sexualité que Dieu veut pour un homme et une femme. Voilà ce qu'il juge « bon ». N'est-ce pas ce que nous désirons tous ? Cet amour n'est pas un idéal qu'on ne peut atteindre, un rêve qu'on se refuse à croire. Des milliers de couples vivent cette relation profonde et nourrissante, cet engagement durable qui procure sécurité et paix au cœur. C'est une réalité tout à fait envisageable et qu'il est légitime de désirer.

Parce que l'acte sexuel engage l'être dans sa totalité et qu'il est conçu pour être un acte d'amour vrai, la Bible nous dit que nous ne pouvons vivre ce bonheur en dehors du cadre qui le permet. Dans la Bible, l'acte sexuel est clairement décrit comme devant être l'aboutissement d'un climat de sécurité et d'amour qui a été construit volontairement et patiemment : le mariage. C'est cet amour vrai, cette sécurité nourrissante que nous recherchons. Nous aspirons à une vie de couple et de famille riche et belle. Eh bien la Bible nous montre que c'est aussi ce que Dieu veut pour nous. Dieu nous en donne les ingrédients pour que nous puissions travailler à sa réussite.

Dieu et le sexe : Conclusion

De nos jours, on ne nous enseigne que l'aspect biologique et technique de l'acte sexuel, alors que c'est avant tout une relation d'amour qui engage. Nous avons donc bien besoin de relire la Bible. Elle est un repère précieux de bon sens, qui peut nous amener à être plus heureux. Le but de Dieu est le bonheur de l'homme. Dans la Bible, Dieu nous indique non seulement ce qu'il est bon de faire ou de ne pas faire en matière de sexe, mais il nous en donne aussi les raisons, en nous expliquant le fonctionnement humain. Les «interdits » ne sont pas des brimades, mais bien plutôt de sages mises en garde contre ce qui nuit. Qui le comprend voit vraiment qu'il serait malheureux de ne pas en tenir compte, car respecter le fonctionnement humain porte ses fruits. Rejetons donc tout obscurantisme passé qui donnait une mauvaise image du sexe, mais ne jetons pas Dieu avec !

atoi2voir

Publié dans Enseignements

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article