Je me lave tous les jours, et vous ?

Publié le par Florymawit


Nouvelle alliance

je me lave tous les jours, et vous?
En voilà une question!
Si je la posais à votre femme, elle me répondrait peut être: "S'il se lave tous les jours? Et comment! Il n'y a qu'à voir dans quel état il laisse la salle de bain!"

Quand j'étais gosse, notre vieille institutrice nous disait: "Tous les êtres de la création se lavent, sauf le singe qui ne se lave jamais, et l'homme qui ne se lave pas toujours." Elle nous répétait cela en contrôlant soigneusement les replis de nos oreilles, ces oreilles de gamins qui n'avaient pas tous les jours du savon.

Elle avait raison, notre bonne maîtresse. J'ai passé la consigne à mes enfants qui, à leur tour, la passeront aux générations montantes: il faut se laver.

J'espère que vous l'avez fait ce matin, sinon, dépêchez vous, vite au robinet, ou à la douche; c'est encore mieux.

Trois millions de pores

Quelqu'un, qui paraissait instruit, m'a raconté que notre épiderme avait trois millions de pores. Il paraît que ça se bouche, ces machins là, ce qui peut entraver l'une ou !'autre des fonctions vitales de la peau: respiration, transpiration et sécrétion.

Trois millions de pores, ça compte. Il en faut des coups de layette pour les nettoyer tous.

On a dit: "Quand le corps est propre, il y a bien des chances que l'esprit le soit aussi. Le corps et l'âme vont de compagnie..." Cela, c'est moins sûr. Il est bien des gens qui ne partiraient pas au travail sans avoir pris leur bain quotidien, mais qui n'ont jamais songé à faire une toilette intérieure.

Pensez vous qu'on se salisse moins intérieurement qu'extérieurement? Il n'est pas que notre peau qui soit en contact incessant avec la souillure; notre âme l'est aussi, et je crois qu'il est encore plus facile d'être propre en dehors qu'en dedans.

La preuve, la voici: vous salissez votre visage en vous barbouillant de suie. Votre miroir vous le révèle, vite un peu d'eau chaude, du savon, et le tour est joué, vous êtes propre on n'en parle plus.

Vous salissez votre pensée, comment allez vous la nettoyer? Pas avec du savon, en tout cas, ni avec un détersif, si fort qu'il soit. Un prophète de l'Ancien Testament, Jérémie, nous dit de la part de Dieu: Quand tu te laverais avec de la potasse... ton péché continuerait à faire tache à mes yeux" (Jr 2.22).

Les psychologues nous disent que ce qui entre dans le conscient, par les yeux, par les sens, par n'importe quoi, tombe ensuite dans l'inconscient, ce gouffre sans fond où s'accumule, depuis notre naissance, tout ce que nous avons vu, entendu, connu, bon ou mauvais. Et allez repêcher ce qui y tombe. Allez nettoyer ce cloaque. Impossible!

Si les trois millions de pores de notre peau ont besoin d'être propres pour bien remplir leurs fonctions, notre âme aussi doit être lavée pour être heureuse. Il n'est pas de véritable bonheur sans propreté intérieure.

Ce besoin de purification peut prendre, parfois, une forme impérieuse, violente, qui se traduit par une véritable crise. Vous vous souvenez du drame de Shakespeare: Lady Macbeth. La reine criminelle voit toujours sur ses mains une tache de sang. Elle en perd le sommeil et la raison. Poursuivie par des hallucinations, elle erre, la nuit, dans son vaste palais, essayant en vain d'effacer la tache accusatrice.

Adultère et meurtrier

Bien avant elle, un homme dont nous parle la Bible a aussi connu ce cauchemar. Il s'appelait David. Il avait été adultère et meurtrier. Un prophète était venu lui dire: "Dieu t'a vu, tu es cet homme là!" Alors il se sent condamné; il est perdu. Il écrit le psaume 51, où il confesse sa faute et demande pardon: Purifie moi, avec de l'hysope et je serai pur, lave moi et je serai plus blanc que la neige, dit il (Ps 51.9).

Comme Lady Macbeth, il reconnaît qu'il ne peut pas se purifier lui même. Alors, il fait appel à Dieu; il implore la grâce de son juge: Purifie moi et je serai pur, lave moi et je serai plus blanc que la neige. Mais il ajoute: Avec de l'hysope, pourquoi? Qu'est ce que cette plante dicotylédone, de la famille des labiées, vient faire ici? C'est que l’hysope, très commune en Palestine, était employée par le souverain sacrificateur, qui la trempait dans le sans d'un animal immolé et en aspergeait le lépreux, au jour de sa purification. Le symbole est éloquent. David était moralement lépreux. Il demande la purification par le sang, au moyen de l'hysope.

Seul le sang lave le sang. Seul efface le péché. C'est pourquoi Dieu donné son Fils dont le sang fut vers sur la croix: Le sang de Jésus Chris son Fils, nous purifie de tout péché (1 Jn 1.7).

Voilà la glorieuse révélation de l'Évangile! Voilà en quoi il diffère de toutes les religions, de toutes le philosophies et de tous les systèmes. Il ne s'agit pas de payer pour être sauvé Quelqu'un a payé pour nous, et ce quelqu'un, c'est le Christ, le Fils de Dieu. Il s'est offert en sacrifice, volontairement. Il a donné son sang, un sang pur, un sang divin, et ce sang, c'est la Bible qui le dit, me purifie de tout péché.

Dès lors, mes mains sont propres, et mon âme aussi. Je puis me présenter devant Dieu sans rougir; mes fautes sont pardonnées, mon coeur est purifié, je suis "couvert", pour ainsi dire, par le sang de Jésus.

Tous grands pécheurs !

Vous me direz: "Mais, avons nous vraiment besoin d'une telle purification? Nous ne sommes pas des Macbeth, ni des David, il n'y a pas de sang sur nos mains". Laissez moi vous dire qu'il n'est pas nécessaire d'être couvert de lèpre des pieds à la tête pour être des lépreux.

Il suffit que la maladie soit constatée sur une infime partie de l'organisme pour qu'on le soit. Un pore sur trois millions, tenez! Et l'on est déjà lépreux; parce que la maladie se développera d'elle même, sans qu'on ait besoin de faciliter sa progression.

Il en est ainsi du péché. Nous ne sommes pas de grands pécheurs, tant mieux! Nous sommes pécheurs, cela suffit pour qu'il faille être lavés. Mais seulement par le sang de Jésus Christ. Car seul, le sang de Jésus Christ nous purifie de tout péché.

Source : Croire & Servir (Croire & Vivre) Pierre Gadina

Publié dans Enseignements

Commenter cet article