Un drame dû à l'inquiétude

Publié le par Florymawit

 

Un drame dû à l'inquiétude


Début mars 1873, le paquebot Atlantic appareilla de Liverpool, en Angleterre, pour New-York, avec un millier de passagers à bord.
Il devait effectuer la traversée de l'océan sans escale. Mais le capitaine Williams s'inquiéta; la crainte de manquer de charbon s'infiltra, puis s'imposa dans son esprit.

Il décida de mettre le cap sur Halifax, au Canada, pour se ravitailler en charbon. Le navire fit route à toute vapeur dans la nuit, lorsque des récifs furent signalés. Pris de panique, au lieu de donner des ordres immédiats pour dérouter le navire, l'officier de quart abandonna la passerelle pour chercher le capitaine.

L'Atlantic sombra en six minutes, engloutissant près de 600 passagers. L'enquête révéla que le capitaine n'avait aucune raison sérieuse de s'inquiéter d'un manque possible de charbon. L'inquiétude lui fit perdre le sens de la réalité. Il accorda une priorité à un danger imaginaire pour diriger son navire vers un rivage dangereux dont il ne connaissait pas les écueils.

L'inquiétude est inutile. Considérez les corbeaux. Ils ne sèment ni ne moissonnent. Ils n'ont ni cellier ni grenier, et Dieu les nourrit. Combien ne valez-vous pas plus que les oiseaux ? (Lc 12.24).
L'inquiétude est superflue. Qui de vous, par ses inquiétudes, peut ajouter une coudée à la durée de sa vie ? Si donc vous ne pouvez pas la moindre chose, pourquoi vous inquiéter du reste ?(Lc 12.25-26).
L'inquiétude est synonyme d'incrédulité. Si Dieu revêt ainsi l'herbe, qui est aujourd'hui dans les champs et qui demain sera jetée au four, à combien plus forte raison ne vous vêtira-t-il pas, gens de peu de foi ? (Lc 12.28)
L'inquiétude est vaine. Ne cherchez pas ce que vous mangerez et ce que vous boirez, et ne soyez pas inquiets. Car toutes ces choses, ce sont les païens du monde qui les recherchent. Votre Père sait que vous en avez besoin. (Lc 12.29-30)

Source : Lueur Pasteur Lucien Clerc

 

Publié dans TEMOIGNAGE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article